[DIVERSITHEQUE] Chronique de Icebreaker de A.L. Graziadei

Résumé : Mickey James III, 17 ans, est un étudiant de première année à l’université, un frère de cinq sœurs et un joueur de hockey. Avec un père et un grand-père qui sont entrés dans l’histoire de la LNH, Mickey est presque assuré d’être le meilleur de la ligue.
La seule personne qui se dresse sur son chemin est Jaysen Caulfield, un prétendant à la première place et le coéquipier exaspérant (et extrêmement attirant) de Mickey. Lorsque la rivalité se transforme en quelque chose de plus, Mickey devra décider ce qu’il veut vraiment et ce qu’il est prêt à risquer pour cela.

Editeur : Henry Holt and Co.

Date de sortie : Janvier 2022
Genre : Contemporain, NA
Nombre de pages : 320

Radar à diversité : pp bi et dépressif, li Noir et gay

L’avis de @planetediversite : Sur le papier, ce livre avait tout pour me plaire : une romance rivals-to-lovers, du sport et des discussions autour de la dépression. J’aurais du adorer ma lecture et pourtant je n’ai absolument rien ressenti pendant les 300 pages.
Déjà, on sent que l’auteurice s’y connait très bien en hockey mais fait un très mauvais travail pour aider le.a lecteurice à comprendre le sport, les règles et tout ce qui tourne autour de la ligue. J’ai vraiment essayé de comprendre ce qui se passait pendant les matchs mais j’ai fini par abandonner.
Bref, peu importe, j’aurais pu aimer le livre même sans comprendre grand chose aux matchs de hockey. Pour moi, le plus gros problème c’est que ce livre était assez vide au final. La romance est ultra rapide à se mettre en place à tel point que je me suis demandée où était le côté « rivales » et toute l’histoire est résolue en quelques lignes. Sans compter que la fin est très abrupte. Quand j’ai tourné la dernière page et que j’ai vu « fin » je me suis dit que j’avais loupé un chapitre.
Passons aux choses que j’ai plus aimé : le traitement de la dépression de Mickey. J’ai vraiment rien à redire dessus. Pendant une bonne partie du livre Mickey essaye de comprendre pourquoi il n’arrive pas à être heureux alors qu’il est très privilégié. A travers d’autres personnages, l’auteurice montre aussi d’autres types de maladies mentales.
J’ai aussi aimé la famille de Mickey, notamment ses soeurs et toutes les discussions autour du sport féminin où les joueuses sont moins payées, moins valorisées J’ai trouvé que c’était impotant que ce soit mis en lumière.

“I don’t wanna be just another one of your former teammates.”

Je suis totalement passée à côté de ma lecture de Icebreaker. J’aurais aimé plus d’alchimie entre les deux personnages principaux, plus d’enjeux et une véritable fin plutôt que d’être frustrée.

5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s