[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Ghosts We Keep de Mason Deaver

Résumé : Lorsque le frère aîné de Liam Cooper, Ethan, est tué dans un délit de fuite, Liam doit non seulement apprendre à affronter le monde sans l’une des personnes qu’iel aimait le plus, mais aussi faire face à la relation qui s’estompe avec ses deux meilleurs amis.
Se sentant plus seul.e et isolé.e que jamais, Liam se retrouve à partager du temps avec Marcus, le meilleur ami d’Ethan, et grâce à Marcus, Liam trouve la seule personne qui semble savoir exactement ce qu’iel traverse, pour le meilleur et pour le pire.

Editeur : PUSH Scholastic
Date de sortie : Juin 2021
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 336

Radar à diversité : pp non-binaire (he/they) + #ownvoices, ps bi et Noir
TW : deuil, anxiété, automutilation, pensées suicidaires, dysphorie de genre

L’avis de @planetediversite : Il m’aura fallu environ deux secondes pour savoir que je lirais le nouveau roman de Mason Deaver. Parce que j’aime souffrir en lisant je savais qu’un livre sur le deuil d’un frère me ferait pleurer et donc évidemment je me le suis procuré aussi vite que possible.
Liam a perdu son frère, il s’est fait renversé par une voiture depuis avec ses parents iel essaye de faire face à son deuil. Mais iel a l’impression que ses parents ont perdu l’enfant qu’ils préféraient et en plus de ça ses deux meilleurs enfants sont en couple maintenant et iel ne peut plus compter sur eux. Liam se rapproche donc de Marcus le meilleur ami de son frère. Et si les deux ne vivent pas cette perte de la même façon iels se soutiennent dans cette épreuve. Cette histoire est racontée avec deux chronologies différents : avant et après la mort d’Ethan.
J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteurice parle du deuil, de la perte d’un proche dans ce roman qui m’a beaucoup touché. Tout le monde n’avait pas la même relation avec Ethan et donc tout le monde ne vit pas cette épreuve de la même façon.
Ce roman est très queer mais au final ce n’est pas du tout une histoire qui traite de ça, les personnages ne sont pas en quête de leur identité mais leur queerness est présente dans tous les aspects de leur vie. Et en ça c’est très réaliste.
Pour un roman sur un sujet aussi triste ça reste aussi une histoire très lumineuse et surtout assez cathartique.

9/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s