[DIVERSITHEQUE] Chronique de Amoureuses de Frédéric Baptiste

Résumé : Printemps 1939. Claire est l’épouse d’un riche industriel peu présent et volage. Sa seule joie réside dans les moments passés avec sa fille. Apprenant qu’elle est enceinte, elle quitte la ville pour accoucher loin de chez elle et faire adopter ce bébé non désiré. Dans un univers rural qui lui était jusque-là étranger, elle découvre une autre vie, et fait la connaissance d’une femme, Marthe, la rebouteuse du village. Cette rencontre va la bouleverser au-delà de ce qu’elle aurait imaginé.

Editeur : Julliard
Date de sortie : Juin 2020
Genre : Adulte, historique
Nombre de pages : 270

Radar à diversité : pp saphique, pp lesbienne, F/F
TW : viol, misogynie, violences conjugales

L’avis de @planetediversite : Je crois que je n’ai jamais été autant tiraillé au moment d’écrire une chronique. Parce qu’à la lecture de ce livre j’ai levé les yeux au ciel une bonne dizaine de fois et en même temps j’ai été profondément touché.
L’histoire peut se résumer facilement : une femme trompée et violée par son mari veut avorter de l’enfant qu’elle porte mais la grossesse étant trop avancée, Marthe, refuse de prendre le risque et proposer d’adopter l’enfant avec son mari. On est au à quelques mois du début de la seconde guerre mondiale et je l’ai déjà dit dans de précédentes chroniques mais j’ai toujours peur de me lancer dans de l’historique, il faut avoir le cœur bien accroché parfois pour lire le quotidien des femmes de cette époque. Et ce roman n’échappe pas à la règle. Malgré tout le personnage de Claire est très moderne, bien décidée à fuir son mari violent et à divorcer contre l’avis de tous. Elle m’a beaucoup plu dans sa façon de ne pas vouloir se contenter d’une vie triste parce que c’est ce qu’on attend d’elle. Elle veut plus pour elle d’abord et pour sa fille aussi.
L’auteur explique avoir écrit l’histoire de ses arrière-grands-mères et c’est ça, plus que tout, qui m’a émue. Le fait de savoir que cette histoire était vraie. J’ai un attachement spécial à ces récits de femmes qui, il y a des dizaines et des dizaines d’années, ont tout fait pour vivre leur vérité. Mais aussi le fait que cette histoire se termine bien. Il y a ce petit quelque chose de magique, de plein d’espoir de savoir que dans les années 40 des femmes ont pu vivre ensemble, amoureuses (bien que cachées).
Après pour passer aux côtés moins sympathiques de l’histoire. Tout d’abord beaucoup trop de place donnée aux hommes que ce soient les maris, les frères, les ploucs du village. Ensuite beaucoup de male gaze : l’histoire des deux femmes est surtout physique (beaucoup de sexe, leur attirance est d’abord physique et au final on a parfois du mal à comprendre pourquoi elles sont tombées amoureuses l’une de l’autre), beaucoup de trop de descriptions inutiles de pénis et beaucoup de chapitres du point de vue des hommes comme je disais. On voit trop la relation de Claire et Marthe à travers les yeux des hommes. C’est vraiment dommage.
Amoureuses était donc loin d’être un roman parfait mais je suis sûre que l’histoire de ces deux femmes restera avec moi pour longtemps.

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s