[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Weight of Our Sky d’Hanna Alkaf

Résumé : Melati Ahmad ressemble à votre cinéphile typique de seize ans, obsédée par les Beatles. Contrairement à la plupart des autres jeunes de seize ans, Mel pense également qu’elle abrite un djinn en elle, qui la menace d’images horribles de la mort de sa mère à moins qu’elle n’adhère à un rituel élaboré consistant à compter et à tapoter pour le satisfaire.
Mais il y a des choses dont Melati ne peut pas protéger sa mère. Le soir du 13 mai 1969, les tensions raciales dans sa ville natale de Kuala Lumpur débordent. Les Chinois et les Malais sont en guerre, et Mel et sa mère sont séparés par une ville en flammes.
Avec un couvre-feu de 24 heures en place et toutes les voies de communication fermées, il faudra l’aide d’un garçon chinois nommé Vincent et tout le courage de Melati pour surmonter la violence dans les rues, ses propres préjugés et le pouvoir croissant du djinn pour revenir à la seule personne qu’elle ne peut pas risquer de perdre.

Editeur : Salaam Reads
Date de sortie : Février 2019
Genre : YA, historique
Nombre de pages : 288

Radar à diversité : pp malaisienne et musulmane avec des TOC
TW : violence, meurtres, racisme, TOC, anxiété

L’avis de @planetediversite : The Weight of Our Sky est un roman dur, qui ne cherche pas à cacher certaines horreurs mais indispensable. Avant de lire ce livre je ne connaissais rien des émeutes de 1969 à Kuala Lumpur et l’autrice a réussi à rendre son livre aussi éducatif que plein d’action.
Melati est une jeune adolescente qui a des TOC et de l’anxiété mais la santé mentale n’est pas quelque chose dont on parle à cette époque, qui est encore très stigmatisé elle croit qu’un djinn vit en elle et lui infligent des images horribles de gens qu’elle aime. Elle pense à ça constamment donc c’est très présent dans le livre et ça rajoute aux horreurs qu’elle vit déjà. Cette angoisse la consume et c’était très lourd, très pesant. Au beau milieu de ces émeutes elle va devoir essayer de contrôler toutes ces émotions pour se sortir de cette situation qui est déjà très stressante.
Dans le roman c’est la relation entre Melati et sa mère qui porte le roman. Jamais elle n’arrête de la chercher même lorsqu’elle se retrouve dans les pires situations ou au contraire même lorsqu’elle trouve un peu de répit. Certaines scènes étaient tout de même un peu répétitives dans le sens où c’est toujours le même schéma en boucle : elle va à un endroit où elle pense trouver sa mère, celle-ci n’y est pas etc.
L’autrice décrit très bien les tensions raciales, la violence qui règne sur la ville, les inquiétudes des gens de tous les côtés… Il y a beaucoup de compassion pour tous les personnages qu’ils soient Malaisiens ou Chinois.<:div>

“Do not ever let anyone tell you that you do not belong here,” she had said, looking at us intently. “We all do. There is space for us all.”

The Weight of Our Sky est un roman sur l’humanité : ce qu’elle fait de mieux et ce qu’elle fait de pire. Sur la brutalité mais aussi sur l’espoir. Si vous ne pouvez pas lire le livre vu qu’il n’est pas encore traduit ou si le format vous intéresse mieux l’histoire existe aussi sur Webtoon.

8/10


Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s