[DIVERSITHEQUE] Chronique de Rosa Bonheur, l’audacieuse de Natacha Henry

Résumé : Rosa, 14 ans, veut vivre de sa passion: la peinture animalière. Le mariage ne rentre pas dans ses plans, d’autant que c’est pour Nathalie, la fille d’amis de son père, que son cœur bat. Mais dans le Paris du xixe siècle, les femmes ne sont pas libres. Certaines formations, comme les Beaux-Arts, leur sont interdites. Certains lieux sont dangereux si elles s’y rendent seules. Quant à vivre libre? Ce serait le scandale assuré !
Malgré son jeune âge, Rosa compte bien imposer ses choix. Aidée de son père et de Nathalie, elle prend des cours de peinture et se rend au Louvre pour s’inspirer des plus célèbres tableaux de l’Histoire ! Rosa n’accepte aucun compromis. Entrer dans le monde de l’art, pour elle, c’est s’affranchir de la loi des hommes.

Editeur : Albin Michel
Date de sortie : Septembre 2020
Genre : Jeunesse/YA, historique
Nombre de pages : 304

Radar à diversité : pp lesbienne

L’avis de @planetediversiteAvant de commencer ce livre je n’avais jamais lu de biographie romancée, encore moins pour un public jeune, et je ne savais rien sur Rosa Bonheur autant dire que cette lecture a été une expérience nouvelle.
On suit donc Rosa alors qu’elle a 14 ans et qu’elle doit commencer à apprendre le métier de couturière qu’elle n’aime pas du tout. Elle ce qu’elle veut, au grand dam de son père, c’est peindre comme lui. Sauf que son père c’est à quel point la vie est dure pour les artistes et encore plus pour les femmes artistes à cette époque. J’ai beaucoup aimé la relation entre Rosa et son père. Il veut qu’elle soit indépendante, qu’elle ne dépende jamais d’un homme mais il comprend mieux que personne sa passion pour la peinture.
L’accent mis sur la peinture justement était assez intéressant. On en apprend plus sur les méthodes, sur les Beaux-Arts aussi et la flamme de Rosa transpire dans toutes les pages. On ressent son besoin de peindre, son ardeur de réussir et surtout à quel point elle aime la peinture animalière.
Rosa a aussi une très jolie relation avec Nathalie qui est dépeinte de façon assez rafraichissante. J’ai toujours peur en me lançant dans des romans historiques car souvent les auteurices font le choix de montrer avec violence l’homophobie de l’époque et ici pas du tout et ça, ça fait du bien.
Maintenant j’aurais aimé que le roman montre plus que seulement quelques années de la vie de Rosa. On se concentre beaucoup sur sa jeunesse et j’aurais aimé en apprendre plus sur le reste de sa vie. D’autant qu’il y a eu plusieurs ventres mous dans l’histoire, plusieurs passages assez lents et ennuyeux.

« – Tu n’auras pas le choix, tu sais. Tout le monde se marie.
– Mais pas moi. Hors de question de dépendre du bon vouloir d’un homme pour décider comment je devrai vivre. Je veux être indépendante, gagner mon argent, et en faire ce que bon me semble. »

Rosa Bonheur est un vrai exemple de femme indépendante, courageuse qui mérite d’être plus reconnue. C’est une histoire qui m’a aussi poussé à en apprendre plus sur elle et sur les autres femmes artistes moins connues.</div<>

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s