[DIVERSITHEQUE] Chronique de L’odeur de la pluie de Gwendoline Vervel

Résumé : Cette année, c’est la rentrée en seconde tant attendue pour Fred, Mélodie et sa meilleure amie Faustine.
Pour les deux jeunes filles, c’est le moment ou jamais de se faire une place dans la bande des frères Colin qu’elles cherchent à intégrer depuis des années.
Pour Fred, c’est un nouveau départ, loin du collège où il s’est fait harceler pendant plus d’un an. Mais ce qui devait être une année de rêve se transforme en cauchemar…
Au milieu de la tempête, c’est la force de leur amitié qui leur permettra de rester debout.

Editeur : Scrineo
Date de sortie : Avril 2021
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 250

Radar à diversité : pp trans
TW : viol en réunion, harcèlement, agressions LGBTophobes

L’avis de @planetediversite : Merci à Scrineo pour l’envoi de ce service presse !
C’est la rentrée en seconde pour Mélodie, Faustine et Fred nos trois personnages principaux. Mélodie et Faustine sont meilleures amies et Fred est le nouveau de l’école et les trois vont vivre une année compliquée qui va les rapprocher.
Faustine est une jeune fille pauvre qui a envie de reconnaissance de la part de ses pairs, notamment de ceux qu’elle voit comme « populaires ». Mélodie est tout son contraire, timide, effacée, elle préfère ne pas être vue. Quant à Fred c’est un jeune garçon trans qui a du changer d’école à cause du harcèlement qu’il subissait.
J’ai du mal à mettre le doigt sur ce qui m’a dérangé dans ce roman. D’un point de vue très personnel j’ai été gêné par ce qui tournait autour du viol d’un des personnages. Mais honnêtement je n’ai pas envie de m’étaler dessus, c’est un sentiment difficile à expliquer. Pour moi, c’est une énième représentation de la fille qui se veut populaire, qui a envie de sexualité, de choses superficielles qui se fait punir. Comme pour lui apprendre une leçon, pour lui faire comprendre que ses envies étaient futiles : « Je ne rêve plus de reconnaissance sociale et de richesse matérielle. Je veux juste qu’on me voie comme je suis et qu’on me respecte ». Après certaines choses importantes autour de la prise en charge des victimes étaient assez bien traitées, bien que trop rapide à mon goût. Il y a quelques bonnes idées mais il m’a manqué quelque chose. Comme je disais j’ai du mal à mettre des mots dessus.
J’ai trouvé que la transidentité de Fred était traitée comme un plot twist, une révélation, on a presque une tension qui monte juste avant alors je me dois de rappeler que l’orientation sexuelle ou de genre des personnages ne doit pas être utilisée comme tel. Dommage parce que j’ai bien aimé ce personnage au final. Mais une fois sa transidentité « révélée » j’ai trouvé qu’il était un peu mis de côté.
Mélodie est le personnage qui m’a le moins marqué, c’est peut-être parce que c’est la plus effacée du groupe. J’ai du mal à me souvenir de ce qu’elle fait dans la deuxième partie du roman. Peut-être que son point de vue n’était pas si utile ?
Malgré une écriture assez simple la narration des personnages est bien maitrisée. On sait tout de suite qui est qui et dans la tête de qui on est et ça c’était appréciable.
Dans L’odeur de la pluie l’autrice aborde dans ce roman les sentiments adolescents et ce qui, parfois, les pousse à grandir trop vite. Ce n’est pas un roman que je déconseille mais je m’en veux un peu à moi-même de l’avoir lu au vu des sujets abordés (merci quand même à Scrineo pour les TW au début du roman).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s