[DIVERSITHEQUE] Chronique de Between Perfect and Real de Ray Stoeve

Résumé : Dean Foster sait qu’il est un garçon trans. Il a regardé suffisamment de vidéos YouTube et s’est posé assez de questions pour en être sûr. Mais tout le monde à son lycée pense qu’il est lesbienne, y compris sa petite amie Zoe et son directeur de théâtre, qui vient de le caster comme un Roméo « non traditionnel ». Il se demande s’il serait peut-être plus facile d’attendre l’université pour faire son coming-out. Mais alors qu’il joue Roméo tous les jours lors des répétitions, Dean se rend compte qu’il veut que tout le monde le voie tel qu’il est vraiment maintenant, pas seulement sur scène, mais partout dans sa vie. Dean sait ce qu’il doit faire. Est-ce que jouer un rôle peut aider Dean à être lui-même ?

Editeur : Harry N. Abrams
Date de sortie : Avril 2021
Genre : YA, fantasy
Nombre de pages : 304

Radar à diversité : pp trans, ps lesbienne, ps gay et Noir, ps non-binaire
TW : harcèlement, transphobie, deadnaming, homophobie, dysphorie

L’avis de @planetediversiteInitialement, je me souviens avoir beaucoup aimé ma lecture de Between Perfect and Real mais maintenant, quelques jours plus tard, je me pose enfin pour écrire cette chronique et je dois avouer… qu’il ne m’a pas vraiment marqué. Probablement dû au fait qu’il ne se passe pas grand chose dans ce roman. Tout tourne autour de Dean, de son acceptation et c’est d’habitude le genre de roman que j’aime beaucoup mais là c’est vraiment la seule intrigue de toute l’histoire, c’est dommage.
Par contre j’ai beaucoup aimé Dean, on le suit dans tout son parcours, ses doutes, ses questions. Grâce au théâtre et surtout à Roméo qu’il joue, il découvre à quel point il est à l’aise dans ce rôle qui n’en n’est peut-être pas totalement un.
Le roman montre aussi l’importance des groupes de soutien pour les personnes LGBTQIA+, un endroit où il peut essayer de nouveaux pronoms, où il peut partager les interrogations qui le tracasse et surtout où il peut découvrir qu’il n’y a pas qu’une façon d’être trans. C’est un spectre avec des tas d’expériences différentes. Tout comme l’importance des ressources en ligne qui accompagnent Dean tout le long de l’histoire. Le roman jongle entre les moments assez dur de dysphorie, d’harcèlement et les moments plus joyeux d’euphorie de genre, d’ami.e.s qui le soutiennent.
Par contre j’ai été très gênée par le traitement de Zoe, la petite amie de Dean. Malgré le fait qu’elle reste avec Dean pendant une bonne partie du livre, elle finit par rompre avec lui car étant lesbienne, elle ne veut pas sortir avec un garçon et j’ai trouvé qu’elle était diabolisée pour ça (on tombe dans le schéma de « les lesbiennes sont des TERF »). Zoe dit des choses transphobes et clairement horribles (elle est d’ailleurs la seule personne queer a tenir des propos transphobes dans le roman) mais sa décision vient du fait qu’elle est lesbienne et non pas parce que Dean est trans. Elle n’est pas à être excusée évidemment mais je trouvais que dans le roman cette partie n’était pas assez clair.
Le passage où un personnage blanc explique les violences policières à un personnage Noir était aussi assez déplacé.

« The possibilities are endless. »

Malgré quelques caractérisations maladroites et un manque de substance, le roman vaut quand même le coup pour Dean, son histoire, ses doutes et ses moments de joie.


Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s