[DIVERSITHEQUE] Chronique de More to the Story de Hena Khan

Résumé : Lorsque Jameela Mirza est choisie pour être la rédactrice en chef de son journal de collège, elle fait un pas de plus vers le statut de journaliste primée comme son défunt grand-père. Le problème, c’est que son rédacteur en chef n’arrête pas de critiquer ses idées d’articles. Jameela est chargée d’écrire sur le nouveau garçon de l’école, qui a un accent britannique cool mais ne partage pas grand-chose, et se demande comment elle rendra son histoire suffisamment captivante pour participer à un concours national.
Jameela, ainsi que ses trois sœurs, sont dévastées lorsque leur père doit travailler à l’étranger, loin de leur confortable maison de Géorgie pendant six mois. Le manque rend Jameela déterminée à écrire un article épique, un article pour rendre son père encore plus fier. Mais lorsque sa jeune sœur tombe gravement malade, le monde de Jameela bascule. Et comme sa soif de gloire semble pouvoir lui coûter une amitié florissante, Jameela se demande ce qui compte le plus et si elle est faite pour être journaliste…

Editeur : Simon Schuster Books for Young Readers
Date de sortie : Septembre 2019
Genre : Jeunesse, contemporain
Nombre de pages : 272

Radar à diversité : famille pakistanaise et musulmane
TW : islamophobie, maladie

L’avis de @planetediversite : More to the Story est une réécriture moderne de Little Women. Jameela subit plein de changements dans sa vie d’enfant : elle devient rédactrice en chef du journal de son collège, son père part travailler très loin et il y a un nouvel élève dans son école. Elle a aussi trois sœurs dont l’une d’elle va tomber malade. C’est un roman d’abord sur la famille. Malgré les moments difficiles que celle-ci traverse, la famille Mirza se soutient et les relations, que ce soit entre les sœurs ou avec les parents mais aussi la famille plus éloignée, sont très belles.
De façon accessible pour les plus jeunes, l’autrice aborde l’éthique dans le milieu journalistique, les micro-agressions, les erreurs que l’on fait et comment s’excuser, l’identité.
Je connais très peu l’histoire originale de Little Women mais on la reconnait bien dans certaines scènes clé et c’est toujours marrant de voir comme les auteurices modernisent les œuvres. Ici en plus, on est plongé dans la riche culture et l’héritage pakistanais, c’est déjà ce que j’avais beaucoup aimé dans le précédent roman de l’autrice Amina.
Je crois que j’aurais beaucoup aimé avec le point de vue des autres sœurs qui m’ont semblé toutes aussi intéressantes que Jameela. Je dois aussi avouer que j’ai écouter ce livre en format audio c’est sûrement pour ça que je ne me suis pas sentie aussi investie dans l’histoire que je l’aurais pensé.

7/10


Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s