[DIVERSITHEQUE] Chronique de Viendra le temps du feu de Wendy Delorme

Résumé : Dans cette dystopie, se reflètent les crises que nous traversons aujourd’hui : une société totalitaire est mise en place après la disparition soudaine d’une partie de la jeune génération mobilisée pour le climat. Les livres sont interdits, les frontières fermées et les femmes appelées à procréer pour renouveler la population. Mais une communauté inspirée des Guérillères de Monique Wittig émerge pour résister à ce nouvel ordre imposé…Un roman choral incandescent, qui n’est pas sans rappeler 1984 de George Orwell ou La Servante écarlate de Margaret Atwood, où il est question d’émancipation des corps, d’esprit de révolte et de sororité.

Editeur : Cambourakis
Date de sortie : Mars 2021
Genre : SF, contemporain
Nombre de pages : 272

Radar à diversité : pp trans, pp saphiques, relation F/F, relation M/M

L’avis de @ohaby : Roman remarquable, inventif et éminemment politique, Viendra le temps du feu (ré)active, par le biais de somptueuses voix qui heurtent autant qu’elles passionnent, la puissance de la communauté, de la sororité contre l’autorité et la tyrannie. Une dystopie vraisemblable, consciente mais qui jamais ne perd espoir.

Aux mots défendant, ceux qui se réclament d’un passé inavoué, dissimulé, le·a lecteur·rice suit la lutte nécessaire de six personnages, des indésirables qui provoquent des glissements à partir d’un territoire refoulé : leur corps, séquestrés dans une vie inhibée. L’exigence du roman chorale promet alors un rythme haletant et une réflexion fluide sur l’état oppressif, la violence policière mais aussi les amours marginales et l’amnésie des souvenirs douloureux. L’occasion pour l’autrice de nous inviter à poursuivre la lutte, survivre face au contrôle des frontières humaines et géographiques, au fond, plus fragiles qu’on nous le persuade.

Ces récits sont des cris poignants, l’éclairante échappée que provoque la littérature dont le caractère éternel concentre un héritage et insuffle une énergie frénétique : le langage comme résistance toujours fidèle, une révérence. Wendy Delorme -dont j’acclamais déjà les précédents romans- offre ici une œuvre puissante, étourdissante qui décrit aussi bien qu’elle conteste la chute implicite vers une société autoritaire, surveillée. Entremêlé d’intimité et de solidarité, Viendra le temps du feu révèle une sombre beauté, une image fine et éclairante de nos esprits indomptables. Indispensable.

Pour se protéger du monde il faut devenir invisible, transparente. Qui n’a pas de contours ne devient jamais cible.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s