[DIVERSITHEQUE] Chronique de One of the Good Ones de Maika et Maritza Moulite

Résumé : Lorsque l’adolescente militante et passionnée d’Histoire Kezi Smith est tuée dans des circonstances mystérieuses après avoir assisté à un rassemblement pour la justice sociale, sa soeur Happi et sa famille sont dévastées. Alors que Kezi devient une autre victime dans la lutte contre les violences policières, Happi commence à remettre en question la manière idéalisée dont on se souvient de sa sœur. Parfaite. Angélique.
L’une des bons.
Même si la phrase sonne mal dans son esprit — pourquoi seules certaines personnes sont-elles jugées dignes d’être manquées ? — Happi et sa soeur Genny se lancent dans un voyage pour honorer Kezi à leur manière, en utilisant un exemplaire hérité du livre The Negro Motorist Green Book comme leur guide. Mais il y a un événement dans l’histoire de Kezi auquel personne n’aurait jamais pu s’attendre – un qui va tout changer à nouveau.

Editeur : Inkyard Press
Date de sortie : Janvier 2021
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 384

Radar à diversité : cast de personnages Noirs, pp saphique + #ownvoices
TW : violences policières, racisme, homophobie, kidnapping, mort, pendaison

L’avis de @planetediversite : Vraie critique du système policier et de la société américaine d’aujourd’hui, One of the Good Ones est l’un de ces romans qui marquent.
On y suit tout d’abord le point de vue de Happi qui vient de perdre sa sœur à la suite d’une manifestation. Elle et son autre sœur ainsi que des ami.e.s proches veulent lui rendre un dernier hommage en faisant le voyage qu’elle avait prévu depuis longtemps. Happi est la plus jeune sœur, elle est en rébellion contre ses parents mais aussi contre ses sœurs. Elle ressent des tas de choses après la disparition de l’une d’entre elle : de la tristesse bien sûr, du remord… Elle aurait aimé connaître mieux sa sœur. Vous savez peut-être que je suis faible dès qu’on parle de relations entre sœurs donc forcément ça m’a beaucoup touché.
On a aussi le point de vue de Kezi quelques jours avant sa mort, ce qui l’a amené à cette manifestation et on y découvre le genre de personne qu’elle était en dehors de l’idéalisation des médias, de sa famille. On rencontre une jeune femme pleins d’idéaux, de combats, intelligente qui cache notamment sa sexualité à ses parents. Si Kezi devient une sorte de « martyr » c’est parce que la société la considère comme « l’une de celles qui valent le coup ». Une femme Noire, gentille, douée dans ses études… C’est le cœur du roman. Est-ce que sa vie valait plus que celle d’une autre personne Noire si cette autre personne est une personne pauvre, droguée, sans famille, en marge de la société… ? Toutes les vies se valent et ça peut être dangereux de penser autrement.
Je ne peux pas trop en dire plus sur l’intrigue car un aspect plus thriller se développe au milieu du roman. Un aspect que je ne suis pas sûre d’avoir totalement apprécié et qui change beaucoup de choses.

« I know that existing as a human on this Earth should be enough to deserve respect and justice. But it isn’t. Instead, we focus on those who we deem worthy, for whom we allow ourselves to feel the weight of their loss. »

8/10
Niveau d’anglais : ★★☆☆☆


Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s