[DIVERSITHEQUE] Chronique de Pet de Akwaeke Emezi

Résumé : Il n’y a plus de monstres, c’est du moins ce qu’on apprend aux enfants de la ville de Lucille. Avec des parents adorés et un meilleur ami nommé Redemption, Jam a grandi avec cette leçon toute sa vie. Mais quand elle rencontre Pet, une créature faite de cornes, de couleurs et de griffes, qui émerge de l’une des peintures de sa mère et d’une goutte de sang de Jam, elle doit reconsidérer ce qu’on lui a dit. Pet est venu chasser un monstre, et l’ombre de quelque chose de sinistre se cache dans la maison de Redemption. Jam doit se battre non seulement pour protéger son meilleur ame, mais aussi pour découvrir la vérité et la réponse à la question – Comment sauver le monde des monstres si personne n’admet qu’ils existent ?

Editeur : Make Me a World
Date de sortie : Septembre 2019
Genre : Fantastique ?
Nombre de pages : 208

Radar à diversité : pp Noire, trans avec un mutisme sélectif + #ownvoices, couple polyA
TW : abus sur mineur

L’avis de @planetediversite : Pet fait vraiment partie de ces romans difficiles à décrire. J’ai choisi de me laisser porter, tant pis si au premier abord je ne comprenais pas tout et je crois que j’ai bien fait.
On se trouve dans un univers un peu utopique où les monstres n’existent plus. Les monstres ici représentent des personnes qui font de mauvaises choses. Et à Lucille il n’y en a plus. C’est du moins ce que tout le monde pense mais quand Jam, notre héroïne, va découvrir qu’un monstre vit dans la maison de son meilleur ami grâce à une créature vraiment étrange, elle va tout faire pour le démasquer.
C’est un roman jeunesse qui parle d’un sujet encore trop peu abordé pour les enfants et c’est mené de telle façon que malgré l’horreur de la chose, rien n’est choquant. Il y a un côté vraiment étrange dans ce roman, une ambiance spéciale que l’auteurice a su mené d’une main de maître. Le roman dénonce le fait de ne pas vouloir voir les « monstres », de croire qu’ils n’existent pas simplement parce qu’on a décidé que c’était le cas, de ceux qui préfèrent fermer les yeux pour cacher des vérités dures.
J’ai beaucoup aimé Jam et sa famille, leur relation était vraiment sympa à lire. Jam est une une héroïne qui a un mutisme sélectif et communique parfois grâce à la langue des signes. Dans cette univers utopique, Jam parle aussi de sa transition car à Lucille, on fait confiance aux enfants pour savoir ce qu’ils veulent faire de leur corps. C’est toutes ces petites choses qui ont fait, pour moi, de Pet une super lecture.

8/10
Niveau d’anglais : ★★★☆☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s