[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Gilded Ones de Namina Forma

Résumé : Deka, 16 ans, vit dans la peur et l’anticipation de la cérémonie du sang qui déterminera si elle deviendra membre de son village. Déjà différente de tout le monde en raison de son intuition contre nature, Deka prie pour le sang rouge coule afin qu’elle puisse enfin se sentir à sa place.
Mais le jour de la cérémonie, son sang coule d’or, la couleur de l’impureté – et Deka sait qu’elle fera face à une conséquence pire que la mort.
Puis une femme mystérieuse vient à elle avec un choix : rester au village et se soumettre à son sort, ou partir se battre pour l’empereur dans une armée de filles comme elle. Elles sont appelés alaki – des quasi-immortels avec des dons rares. Et elles sont les seuls à pouvoir arrêter la plus grande menace de l’empire.
Connaissant les dangers qui l’attendent mais aspirant à l’acceptation, Deka décide de quitter la seule vie qu’elle ait jamais connue. Mais en se rendant dans la capitale pour s’entraîner pour la plus grande bataille de sa vie, elle découvrira que la grande ville fortifiée réserve de nombreuses surprises. Rien ni personne n’est tout à fait ce qu’ils semblent être – pas même Deka elle-même.

Editeur : Delacorte
Date de sortie : Février 2021
Genre : YA, fantasy
Nombre de pages : 432

Radar à diversité : pp Noire + #ownvoices, ps racisés, couple F/F secondaire

L’avis de @planetediversite : Cette histoire commence dans une société patriarcale où les jeunes filles arrivées à un certain âge font tester leur sang afin de savoir si elles sont pures ou non (humaines ou alors démones). Quand Deka va se révéler être impure et donc presque immortelle avec une force et une rapidité surhumaines, elle va être emmené dans une sorte d’école militaire pour filles comme elle. The Gilded Ones est un roman qui parle de comment des jeunes filles (que l’on sous-estime toujours) peuvent renverser l’ordre établi mais aussi de colorisme, de racisme, de traumas, des inégalités.
Le système magique, les créatures et l’univers sont très prenants. J’ai adoré ce monde et ces retournements de situation mais c’est surtout Deka que j’ai aimé suivre. Malgré la peur de qui elle est, une créature qu’on lui a toujours présenté comme dangereuse et chaotique, elle fait face et trouve le moyen d’en faire sa force.
C’est aussi un roman très basé sur l’amitié féminine, la puissance de la sororité entre ces femmes qui iraient au bout du monde les unes pour les autres. Pour moi ça a vraiment été la force de ce roman.
Comme d’habitude avec ce genre de roman je trouve que la romance n’avait pas vraiment sa place ici et je m’en serais bien passé mais elle ne prend pas le dessus de l’intrigue, c’est ce qui compte au final.

« Are we girls or are we demons? »

8/10
Niveau d’anglais :
★★★☆☆


Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s