[DIVERSITHEQUE] Chronique de Elatsoe de Darcie Little Badger

Résumé : Dans la famille d’Elatsoe ‘Ellie’ Bride, 17 ans, on apprend à faire revenir les esprits d’animaux de mère en fille, dans le respect des traditions Lipan. Après tout, les chiens fantômes ne sont pas plus étranges que les vampires et fées qu’on côtoie au quotidien dans les Etats-Unis du XXIème siècle ! Lorsque son cousin meurt dans des circonstances suspectes dans une petite ville du Texas, Ellie a besoin de sa famille, ses amis, et tous ses talents paranormaux pour que justice soit faite: la ville de Willowbee cache un sombre secret…
 
Editeur : Levine Querido
Date de sortie : Août 2020
Genre : YA, paranormal
Nombre de pages : 368

TW/CW : accident de voiture mortel, meurtre violent d’un membre de la famille, deuil, violence, évocation des violences historiques commises contre des tribus amérindiennes, micro-agressions racistes subies par pp

Radar à diversité : #ownvoices personnage principale Lipan aromantique & asexuelle, personnages secondaires Lipan

L’avis de @cduvezin : Même si elle communique avec les fantômes, Ellie est une héroïne terre-à-terre, bien dans ses bottes, très proche de sa famille et ses amis. C’est rafraîchissant de lire de la fantasy YA où non seulement la protagoniste écoute ses instincts, mais où ses parents la croient et la soutiennent aussitôt ; de son côté, elle respecte leurs conseils et mises en garde et se repose sur la sagesse des personnes qui ont plus d’expérience qu’elle. Cette communication inter-générationnelle se reflète dans la structure du roman : l’intrigue est régulièrement interrompue par des histoires sur ‘Six-Great’, l’ancêtre légendaire d’Ellie qui a été la première à faire revenir des esprits d’animaux, et qu’on voit également dans les magnifiques illustrations en tête de chapitre réalisées par Rovina Cai (qui signe aussi la couverture).
 
Le world-building prouve à quel point c’est important d’avoir davantage de fantasy diverse #ownvoices : les règles magiques et codes moraux régissant le deuil et la présence des fantômes s’ancrent dans une conception de l’au-delà spécifique à la tribu Lipan à laquelle appartient l’autrice, et on voit les effets néfastes de la colonisation et de l’impérialisme jusque dans l’impact d’imaginaires importés d’Europe, représentés par un certain type de vampires et les cercles de fées. L’héritage et le lien à la terre ancestrale sont des thèmes importants : Darcie Little Badger montre son attachement au Texas, dont elle est originaire, et sa fascination pour le passé profond en tant que docteure en géoscience (vous avez déjà vu des trilobites fantômes?). C’est aussi une fan de culture pop qui écrit des comics pour Marvel ; dans le livre, la passion d’Ellie pour les comics lui vient de son cousin Trevor, et elle espère un jour la partager avec le petit Gregory, le fils de Trevor. Comme nombre de super-héros dont elle lit les aventures, Ellie est amenée à se demander si son but est la justice ou la vengeance, et dans les différentes expériences du deuil (particulièrement poignante à travers Lenore, la veuve de Trevor), on a avant tout une célébration de la vie et des souvenirs partagés.
 
Les éléments d’horreur n’empêchent pas le livre d’être plein d’humour, en particulier dans les moments partagés entre Ellie et son meilleur ami Jay. Leur relation est une des choses que j’ai le plus aimé dans ce livre, surtout qu’il n’y a jamais d’ambiguïté ni de remise en question de l’identité aroace* d’Ellie. Apparemment un éditeur avait dit à l’autrice que si elle n’allait pas avoir d’histoire d’amour, il fallait qu’elle écrive pour un public plus jeune : heureusement qu’elle ne s’est pas laissée faire ! Jay et Ellie se soutiennent l’un l’autre quand leurs familles ont besoin d’aide, ils enquêtent en mangeant des glaces et dans des bibliothèques, et s’empêchent mutuellement de faire des choses trop casse-cou…sauf quand il faut être un peu casse-cou, et utiliser ses compétences de cheerleader pour lancer sa meilleur amie vers une fenêtre, par exemple. [*Le terme « asexual » est utilisé explicitement, mais deux autres moments indiquent de façon très claire qu’Ellie est également aromantique, et l’autrice a confirmé que c’était son intention] Le roman est écrit dans un style simple, et commence avec un rythme très posé : le monde d’Ellie se déploie naturellement à la lecture et la tension augmente trèèèès progressivement au fur et à mesure qu’on explore le mystère autour de la mort de Trevor – vous aurez le temps de faire des pauses dans la lecture et revenir. Le dernier quart du livre est plus chaotique, avec des déformations temporelles et un mammouth fantôme en pleine charge, donc accrochez-vous à vos fauteuils !
 
Bonus : Je fais partie d’un groupe de lecture gothique, et Darcie Little Badger nous a rendu visite via zoom deux fois pendant l’été pour répondre à nos questions : dernièrement pour parler d’Elatsoe, et la première fois pour discuter de 6 de ses nouvelles déjà publiées. Si Elatsoe vous a plu, vous aurez peut-être envie de lire « Nkásht íí », une histoire d’horreur qui a également une héroïne Lipan et asexuelle et où la ville de Willowbee fait une apparition, ou bien « Né łe », une histoire de SF toute mignonne avec plein de chiens dans un vaisseau spatial où l’héroïne Lipan est une vétérinaire lesbienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s