[DIVERSITHEQUE] Chronique de Felix Ever After de Kacen Callender

Résumé : Felix Love n’a jamais été amoureux – et, oui, il est douloureusement conscient de l’ironie. Il veut désespérément savoir à quoi cela ressemble et pourquoi il semble si facile pour tout le monde sauf lui de trouver quelqu’un. Ce qui est pire, c’est que, même s’il est fier de son identité, Felix craint aussi secrètement d’avoir une marginalisation de trop – Noir, queer et transgenre – pour obtenir son propre bonheur pour toujours. Lorsqu’un étudiant anonyme commence à lui envoyer des messages transphobes – après avoir affiché publiquement le deadname de Felix à côté d’images de lui avant sa transition – Felix propose un plan de vengeance. Ce sur quoi il ne comptait pas : son scénario l’embarque dans un triangle quasi amoureux …
Mais alors qu’il navigue dans ses sentiments compliqués, Felix commence un voyage de questionnement et de découverte de soi qui aide à redéfinir sa relation la plus importante : ce qu’il pense de lui-même.

Editeur : HarperCollins
Date de sortie : Mai 2020
Genre(s) : YA, contemporain
Nombre de pages : 368

Radar à diversité : pp trans, queer et Noir + #ownvoices, ps mlm et Noir, ps lesbien

TW : transphobie, outing, utilisation du deadname, harcèlement

L’avis de @planetediversite : Felix Ever After est un roman qui parle d’identité, de premier amour, de la famille…
Felix est un lycéen trans qui va découvrir une galerie de ses photos pré-transition et son deadname exposés dans le hall de l’école. Il reçoit des messages haineux, transphobes sur Instagram. C’est comme ça qu’on embarque alors avec lui dans son quotidien. Notamment dans sa famille un peu dysfonctionnelle car sa mère l’ignore complètement et son père, lui, continue parfois à utiliser son deadname (d’ailleurs j’ai beaucoup aimé le fait que le deadname ne soit jamais écrit, que le lecteur ne le connaisse jamais). Mais aussi avec ses ami.es (certain.es sont aussi LGBTQ+ et d’ailleurs le roman se passe pendant le Pride Month).
Felix se questionne aussi sur son identité parce que s’il sait qu’il ne se sent pas fille, il ne se sent pas toujours garçon non plus. Ce sont des passages que j’ai beaucoup aimé et avec lesquels j’ai pas mal appris. On a beaucoup de représentations d’adolescents qui découvrent qu’iels sont LGBTQ+ ou qui parlent de coming-out et là le fait que ça parle en plus du questionnement après toutes ces étapes, c’est important parce que ça arrive bien plus souvent qu’on ne le croit. On est beaucoup entouré d’histoires qui commencent par « j’ai toujours su que j’étais… » sauf que ce n’est pas le cas pour tout le monde. Le livre parle aussi des labels qu’on se colle et de la façon dont ils sont importants pour certain.es et pas du tout pour d’autres.
J’ai un peu été perdu avec le côté triangle amoureux, j’ai toujours du mal avec ces personnages queer qui semblent sortir avec le premier venu parce que… bah lui aussi est queer et qu’ils ne connaissent personne d’autre. Mais au final, l’histoire d’amour principale qui se développe m’a, en fait, beaucoup plu. Felix est d’ailleurs un personnage que j’ai beaucoup aimé dans son imperfection. Il dit et fait des choses pas toujours très cool mais il a 17 ans, se fait harceler, mégenrer plus d’une fois, on peut pas tellement lui en vouloir de ne pas toujours réagir de la meilleure des façons.

Felix Ever After se rajoute à ma longue liste de livres qui doivent être traduits parce qu’ils sont essentiels.

9,5/10
Niveau d’anglais :
★‎★☆☆☆

Chroniques ownvoices :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s