[LECTURES GRAPHIQUES] Relation toxique, réécriture, féminisme au Moyen-Age et Jeux Paralympiques

Titre : Mes ruptures avec Laura Dean de Mariko Tamaki

Résumé : Lorsque Frédérica Riley (Freddy) est sortie avec Laura Dean, la plus populaire, drôle et attirante fille du lycée, ce fût l’un des plus beaux jours de sa vie. Depuis, tout a changé… Laura est devenue autocentrée et manipulatrice. Elle ne cesse de quitter Freddy, qui finalement revient toujours vers elle. Cette relation toxique basée sur le « je t’aime, moi non plus » est malsaine, mais c’est plus fort qu’elle, Freddy ne sait pas lutter face à l’attraction magnétique, à l’emprise que Laura exerce sur elle. Pour garder un minimum de dignité et ne pas perdre son amie qu’elle délaisse, Freddy cherchera de l’aide auprès de ses proches, d’une chroniqueuse courrier du cœur et même d’un médium. Frédérica saura-t-elle se sortir de cette fougueuse histoire qui la rend aussi malheureuse que dépendante ?

Radar à diversité : pp américano-asiatique et wlw, F/F + autrice asiatique

Mon avis : Un très joli roman graphique sur les relations toxiques, ses mécanismes et ses conséquences. On est pas dans une histoire feel-good mais ça fait du bien de voir que des personnages queer peuvent aussi avoir des problèmes qui ne tournent pas autour de leur sexualité. J’ai eu beaucoup de peine pour Freddy et elle m’a en même temps beaucoup frustré. Elle n’est pas parfaite elle non plus mais ne mérite en aucun cas ce que lui fait subir Laura.
C’est aussi une histoire sur les différents types de relation et l’importance aussi de l’amour platonique, de l’amitié. En plus les couleurs et les dessins sont magnifiques. J’ai adoré !

8/10

Titre : Patience & Esther: An Edwardian Romance de SW Searle

Résumé : Patience est une fille de la campagne au bon cœur qui gagne sa vie en Angleterre édouardienne alors que les tremblements du changement social secouent le monde qui l’entoure. Quand elle commence son emploi dans le service d’un opulent manoir de campagne, elle n’a aucune idée que sa propre révolution personnelle est sur le point de commencer.

Désintéressée, respectueuse et juste un peu naïve, elle prend sa place de femme de chambre et rencontre sa nouvelle colocataire, une femme de chambre aux idées progressistes, Esther. A une autre époque, les deux femmes se seraient tenues compagnie dans leur petite chambre mansardée, vivant leurs jours au service d’un Seigneur. Mais c’est maintenant l’aube d’une nouvelle ère. L’empire en expansion a apporté non seulement des richesses pillées, mais aussi de la mondanité et de nouvelles idées. Les suffragistes s’agitent dans la rue, les bohèmes riches et oisifs défient les mœurs sexuelles, et Patience et Esther se rendent lentement compte que le monde est plus large et plein d’aventures et d’opportunités qu’elles ne l’ont jamais imaginé… tant qu’elles trouvent la volonté de les saisir.

Radar à diversité : pp gros et wlw, pp indien et wlw, F/F

Mon avis : Cette lecture a été une de mes plus grosses surprises de l’année. Je l’ai reçu sur Edelweiss en faisant la demande un peu par hasard et je n’ai pas été déçu ! On suit donc Patience une jeune femme qui devient femme de chambre dans un manoir et qui va tomber amoureuse de sa colocataire. Ça fait tellement de bien de lire une livre historique avec des personnages queer qui est plein d’espoir, de moments touchants et sans drame. C’est une histoire fantastique avec quelques moments érotiques (qui pour une fois ne m’ont pas dérangé). L’auteurice aborde beaucoup de sujets : les inégalités de genre (avec notamment les Suffragettes), le racisme, le body positivity, les inégalités de classe… Je l’ai trouvé très complet. Patience et Esther font maintenant partie de mes couples préférés !

10/10

Titre : Peau d’homme de Hubert et Zanzim

Résumé : Sans contrefaçon, je suis un garçon ! Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité. La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

Radar à diversité : ps gay, relation M/M

Mon avis : Voilà une BD dont j’ai mis longtemps à me faire un avis dessus. J’y ai trouvé beaucoup de bonnes choses et en même temps d’autres n’étaient pas assez creusées. Avant de se marier Bianca va revêtir une peau d’homme afin de prendre l’apparence d’un homme et apprendre à connaître son mari. Là elle va se rendre compte du fossé qui sépare le traitement des femmes et des hommes. Alors évidemment j’ai trouvé cette histoire très ancré dans le binaire. Bianca après avoir été un homme pendant de longs mois (?) et aimé ça ne se pose jamais la question de son genre. Elle reste une femme quoi qu’il arrive. Bon.
Tout le récit tourne beaucoup autour des hommes comme si les femmes n’avaient aucun autre sujet de conversation (et les hommes non plus d’ailleurs). Après j’ai bien aimé certaines réflexions assez modernes sur la sexualité, la tolérance, la religion. Et étrangement j’ai été agréablement surprise de la fin qui m’a paru assez cohérente.
Malgré tout je pense qu’on ne reste qu’en surface de plein de choses.

7/10

Titre : Running Girl

Résumé : Rin, suite à un sarcome osseux, a dû être amputée d’une partie de sa jambe droite. Depuis, la lycéenne a bien du mal à retrouver goût à la vie. Mais grâce à sa découverte des lames, des prothèses adaptées aux sportifs, la jeune fille va se fixer un nouvel objectif : participer aux jeux paralympiques de Tokyo !

Radar à diversité : pp amputé

Mon avis : Je n’ai pas forcément été emballé par ce premier tome. J’ai trouvé qu’on se concentrait trop sur l’entraîneur et pas assez sur Rin qu’on connait très mal finalement. J’ai par contre appris des choses sur les prothèses et comment elles étaient pensées. Ce début ne nous donne pas grand chose et reste assez plat. Je ne sais pas si je lirais la suite.
Concernant la représentation je laisserais des personnes concernées en parler.

6/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s