#Ownvoices : utilité et limites

Au début de ce blog, en 2017, j’ai écrit un petit article sur le terme #ownvoices et vous le voyez sûrement beaucoup sur mes articles mais j’avais envie d’en reparler plus en profondeur. Le terme #owvoices a été créé par l’autrice Corinne Duyvis sur Twitter en 2015 et il sert à désigner un roman où le personnage (plutôt principal) partage la ou les mêmes identités que l’auteurice. Le concept a été créé afin de mettre en avant des voix qui représentent de façon juste les minorités.

Ex : Un roman avec un personnage principal noir écrit par un.e auteurice noir.e est #ownvoices.
Un personnage trans écrit par un.e auteurice trans est #ownvoices.

Si on parle, par exemple, d’un personnage asiatique et autiste mais que l’auteurice n’est pas autiste on pourra utiliser plusieurs formes pour ne pas induire en erreur le/la lecteurice.

Ex : « Personnage asiatique #ownvoices et autiste » ou « Personnage asiatique et autiste + auteurice asiatique »

C’est un terme encore très peu utilisé en France et encore moins par les maisons d’édition ou les auteurices. A ma connaissance, seule la maison d’édition Akata a déjà fait de la promotion de romans avec ce terme.
Dans les faits le #ownvoices est une très bonne façon de lire des romans dont on ne sait qu’ils refléteront une réalité pour telle ou telle minorité en évitant les stéréotypes et les représentations blessantes. Sans jamais oublier qu’une personne ne pourra jamais représenter tout un groupe. Nombreux ont été les romans #ownvoices avec des personnages lesbiens que je n’ai pas aimé, où je ne me suis pas sentie représenter parce que l’expérience du personnage a été complètement différente de la mienne. Il n’empêche pas que ça reste un roman #ownvoices.

Il est aussi important afin de donner de la visibilité à des auteurices qui ont en général moins d’opportunités que les autres.

Est-ce que les auteurices sont obligé.es d’écrire à propos de leurs identités ?

On a souvent reproché au #ownvoices d’enfermer les auteurices issu.es de minorités dans leurs identités les empêchant d’écrire autre chose. C’est totalement faux. Un.e auteurice peut écrire sur ce qu’iel a envie. Et pour en venir au sujet qui fâche : chacun peut écrire ce qu’il veut MAIS si vous écrivez un roman non-#ownvoices il vous faudra accepter les possibles critiques si votre roman tend à offenser une communauté. Rejeter ou nier les voix qui se plaignent de votre travail ne fera que prouver que vous n’aviez pas la légitimité d’écrire ce que vous avez écrit.
Même avec toutes les bonnes intentions du monde parfois vos recherches et votre travail ne seront pas assez. Tout en restant conscient que le monde de l’édition privilégie encore les auteurices blanc.hes (et cishet). Le problème n’est pas que vous écriviez des personnages non-#ownvoices mais que votre voix en tant que personne privilégiée, non issue de minorité sera toujours plus importante. Non, ce n’est pas de votre faute mais oui, vous pouvez y faire quelque chose. Le problème réside dans le fait que par exemple il y a plus de romans avec des personnages Noirs écrits par des auteurices blanc.hes publiés que l’inverse. Vous comprenez ?
Il y a aussi une différence majeure entre inclure de la diversité et raconter des histoires qui ne vous appartiennent pas. Entourez-vous de sensitivity readers, de bêta-lecteurs qui pourront vous aider en ce sens. Car oui, vous ferez des erreurs (comme moi j’ai pu en faire et d’autres aussi).

Les limites du #ownvoices

A chaque fois que je commence à parler de #ownvoices sur Twitter j’ai toujours la même question : « Alors tu demandes aux auteurices de s’outer ? ». Non. Jamais. Personne ne devrait avoir à aborder des sujets privés, que ce soit sa sexualité, une maladie mentale etc.., si iel n’en a pas envie, si iel ne se trouve pas dans une situation safe. Je vous conseille d’ailleurs de lire l’article de Lizzie Crowdagger à ce sujet.
Voilà les limites du #ownvoices notamment pour les identités invisibles. Parce que certain.es auteurices ne sont pas out, parce que certain.es auteurices ne comprendront que plus tard qu’iels ne sont pas cishet, parce que certain.es sont en plein processus et que l’écriture peut aider dans chacun de ces cas. Après on peut encore s’éterniser sur les autrices qui écrivent uniquement des romances M/M et tout le reste mais ce n’est pas vraiment le sujet. Et tout ça ne doit pas excuser une mauvaise représentation.
Malgré que terme #ownvoices ne soit pas la solution parfaite, il me parait encore aujourd’hui très important et il a foncièrement changé le paysage de l’édition anglophone (dans le bon sens mais parfois aussi dans le mauvais avec justement les dérives pour les minorités invisibles). Je ne sais pas si un jour lui ou un équivalent sera popularisé en France même si au vu des dernières polémiques, il me semble plus indispensable que jamais.
J’espère que cet article aura un peu de sens et qu’il pourra ouvrir à la discussion. Si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser en commentaires, j’essayerais d’y répondre au plus vite.

4 commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet article.
    A mes yeux, la valeur des ownvoices est de promouvoir la publication d’auteurs/autrices issus de minorités marginalisées, plutôt que de voir leurs histoires mal racontées par des personnes non-concernées, ou voire pas racontées du tout.
    En revanche, je pense qu’il y a une autre limite aux ownvoices qui est souvent ignorée : un auteur ownvoice aussi peut produire un oeuvre toxique pour sa propre communauté (ce n’est pas parce qu’on est issu d’une minorité qu’on est à l’abri d’intérioriser des préjugés et/ou de la haine de soi, etc.). J’ai un peu l’impression qu’on a tendance à simplifier l’équation à ownvoice = représentation de qualité, et ça rend le débat encore plus difficile sur ces questions là.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s