[DIVERSITHEQUE] Chronique de Girl, Serpent, Thorn de Melissa Bashardoust

Résumé : Il y avait et il n’y avait pas, voilà comment toutes les histoires commencent. Une princesse maudite qui est venimeuse au toucher. Mais pour Soraya, qui a vécu sa vie cachée en sécurité dans son château, ce n’est pas qu’une histoire.
Alors que le jour du mariage de son frère jumeau approche, Soraya doit décider si elle veut sortir de l’ombre pour la première fois. Dessous dans le donjon est un démon qui détient la connaissance dont elle a envie, la réponse à sa liberté. Et au-dessus se trouve un jeune homme qui n’a pas peur d’elle, dont les yeux ne s’attardent pas avec peur, mais avec une compréhension de qui elle est sous le poison.
Soraya pensait qu’elle connaissait sa place dans le monde, mais lorsque ses choix entraînent des conséquences qu’elle n’a jamais imaginées, elle commence à se demander qui elle est et qui elle devient … humaine ou démon. Princesse ou monstre.

Editeur : Flatiron Books
Date de sortie : Juillet 2020
Genre : YA, fantasy
Nombre de pages : 336

Radar à diversité : cast de personnages perses, pp bi, F/F + #ownvoices

L’avis de @planetediversite : Soraya vit cachée dans son château où seule sa famille vient lui rendre visite. Elle est seule, exclue car Soroya a été maudite et chaque chose qu’elle touche meurt. Jusqu’à ce qu’elle retrouve un garçon qui semble la voir pour ce qu’elle est vraiment plutôt que pour le monstre qu’elle croit être. Après ça, le roman prend des directions que je n’avais vraiment pas vu venir.
J’adore tout ce qui touche aux femmes-monstres, à l’image qu’elles renvoient. Ce n’est pas pour rien que j’écris un roman entier sur Méduse. C’est vraiment ce que j’ai le plus apprécié dans cette histoire, l’évolution de Soraya qui petit à petit apprend à accepter qui elle est. On ne sait jamais vraiment qui est gentil et qui est méchant car tous les personnages pensent faire le bien. C’est un livre bien difficile à résumer parce que la première moitié et la deuxième sont très différentes, presque comme si on lisait toute une série en un seul roman. Ce que j’ai apprécié car j’aime les romans courts.
J’ai absolument adoré la romance entre Soraya et une autre femme (que je vous laisserais découvrir) et surtout le message derrière : ce n’est pas l’amour qui nous sauve. C’est un joli roman sur l’acceptation de soi et le personnage de Soraya restera longtemps avec moi. Elle est complexe, en veut à sa famille mais l’aime toujours. Elle veut ne plus se sentir si seule mais à peur du mal qu’elle pourrait faire.
Pour un stand-alone de fantasy de 300 pages seulement, j’ai trouvé l’univers (inspiré de la Perse) et les personnages assez développés. On sent bien le côté conte de l’histoire. J’ai beaucoup aimé que l’autrice s’intéresse aux enfants des héros de contes, l’après de ces histoires qu’on nous raconte enfant.
Girl, Serpent, Thorn est un court roman de fantasy que je vous conseille absolument. C’est l’un de mes coups de coeur de l’année !

“It’s time for you to become who you were meant to be.”

9/10
Niveau d’anglais : ★‎★★☆☆

J’ai reçu l’ARC de ce livre grâce à NetGalley et à l’éditeur. Cela n’a en rien influencé mon avis.

7 commentaires

  1. « Ce n’est pas l’amour qui nous sauve », le message qui fait toujours défaut dans les livres où il y a de la romance…
    Le livre était déjà dans ma wish list, et ton avis me confirme qu’il devrait me plaire. Ce sera probablement ma future lecture VO. J’aurais juste une petite question sur le niveau d’anglais, tu l’as trouvé accessible ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s