[DIVERSITHEQUE] Chronique de Tout près d’ici de Katrina Leno

Résumé : Magpie se souvient du jour où elle a écrit les premières lignes de son journal. C’était le jour où sa soeur a quitté la ville. Le jour où elle a surpris son père au lit avec sa tante. Le jour où sa mère est tombée dans une spirale infernale d’autodestruction. Le jour de la soirée chez Brandon Phipp. Depuis, au lycée, Magpie a hérité du surnom de salope. Sa meilleure amie ne lui adresse plus la parole, et elle passe ses pauses déjeuner à la table des rejetés du lycée, en silence. Alors, pour sortir un peu de l’enfer du quotidien, elle invente dans son journal un mystérieux endroit appelé « Tout près d’ici ». Tout près est une contrée parfaite. Son père n’y trompe personne, sa mère n’a jamais bu une goutte d’alcool et les soirées ne dérapent pas. Elle s’y sent tellement bien qu’elle pourrait presque toucher « Tout près » du doigt. La porte d’entrée semble là, à quelques pas, juste dans la cour de sa maison… Serait-ce l’endroit rêvé pour enfin prendre sa revanche ?

Editeur : Hugo Roman
Date de sortie : Février 2020
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 313

Radar à diversité : ps trans, ps bi
TW : alcoolisme, agression sexuelle, culture du viol

L’avis de @planetediversite : J’avais adoré Summer of Salt de Katrina Leno il y a deux ans et je suis contente de voir enfin cette autrice être traduite en France.
Tout près d’ici nous embarque dans la vie chaotique de Magpie. Je crois que c’est vraiment le premier sentiment que j’ai ressenti : le chaos. En trois mois la vie de l’adolescente a changé du tout au tout, quelque chose d’horrible lui est arrivée, puis elle a surpris son père en train de tromper sa mère, puis il est parti, puis sa soeur est parti, puis sa mère a sombré dans l’alcoolisme, puis sa meilleure amie l’a lâché. Le chaos. L’abandon aussi. Magpie est désormais quelque de très seule.
C’est quand elle croit tout perdu qu’elle découvre un monde étrange qui ressemble au monde parfait qu’elle écrit dans son journal. Un monde qui s’appelle « Tout près d’ici ». C’est un endroit où sa famille est toujours ensemble et ou elle a toujours sa meilleure amie à ses côtés. Un endroit safe.
Le roman parle beaucoup de la culture du viol, de la façon dont les victimes sont tenues au silence et surtout de la colère qu’on peut ressentir. Après le chaos et l’abandon, la colère. C’est un sentiment prédominant chez Magpie qui en veut à tout le monde. Son père, sa mère, sa soeur, sa meilleure amie, Brandon Pipp et d’autres. Mais ce que j’ai aimé c’est que jamais, ni dans la narration, ni autre part, la colère de Magpie n’est jugée. Elle est légitime point et c’est aussi une histoire de vengeance.
J’ai beaucoup aimé la relation de Magpie avec quelques camarades d’école : les parias (dont elle fait partie maintenant).
Je suis quelqu’un qui aime quand on lui explique pourquoi des choses « magiques » ou « surnaturelles » (ou peu importe) arrivent. J’ai besoin d’explication et c’est pour ça que je ne suis pas fan du réalisme magique. C’est encore ce qui a coincé pour moi même si je comprends toute la symbolique, je n’aime pas les choses qui ne sont pas expliquées. C’est le seul point noir que j’ai trouvé.
Tout près d’ici est un roman avec atmosphère mélancolique et une colère qui prend aux tripes. Je vous invite grandement à lire ce livre si vous le pouvez et vous conseille aussi un de ses autres romans Summer of Salt qui lui ressemble un peu dans sa colère et dans les thématiques.

« J’ai beaucoup pensé au nombre de fois où une fille doit dire non avant d’être écoutée. »

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s