[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Astonishing Color of After d’Emily X.R. Pan

Résumé : Leigh Chen Sanders est absolument certaine d’une chose : lorsque sa mère est décédée par suicide, elle s’est transformée en oiseau.
Leigh, qui est à moitié asiatique et à moitié blanche, se rend à Taiwan pour rencontrer ses grands-parents maternels pour la première fois. Là, elle est déterminée à retrouver sa mère, l’oiseau. Dans sa recherche, elle finit par courir après les fantômes, découvrir des secrets de famille et forger une nouvelle relation avec ses grands-parents. Alors qu’elle fait son deuil, elle doit essayer de concilier le fait que le jour où elle a embrassé son meilleur ami, Axel, sa mère se suicidait.

Editeur : Little, Brown Books for Young Readers
Date de sortie : Mars 2018
Genre : YA, contemporain, réalisme magique
Nombre de pages : 462

Radar à diversité : pp métis (blanc et taïwanais), cast de personnages taïwanais + #ownvoices, ps latinx, ps lesbien
TW : suicide

L’avis de @planetediversite : The Astonishing Color of After est un roman sur le deuil, l’identité, la santé mentale qui vous brisera le coeur et prendra soin de le réparer morceaux par morceaux.
Après la suicide de sa mère, Leigh part donc pour Taïwan avec son père. Elle va y rencontrer pour la première fois ses grands-parents et découvrir l’endroit où a grandi sa mère. Elle va se reconnecter avec une culture qu’elle connait mal et une famille dont sa mère parlait peu.
J’ai beaucoup aimé le traitement de la dépression dans ce roman. Les chapitres passent du passé au présent, rien n’est romantisé et les passages sont très bien écrits. C’est lourd, c’est dur à lire mais c’est une vérité même si elle est dure à regarder en face. On nous montre aussi comment la dépression avec les gens autour de nous.
Le voyage à Taïwan est donc pour Leigh une chance de comprendre ce que sa mère, transformée en oiseau, essaye de lui dire. Comme tous les romans qui se déroulent dans un autre pays, j’aime découvrir la culture, la nourriture, la langue etc… C’est un voyage qui va permettre à Leigh d’apprendre beaucoup sur sa famille, son histoire mais aussi sur elle-même. Qui est elle, qui elle veut devenir. C’est vraiment très beau.
La seule chose avec laquelle je n’ai pas vraiment accroché c’est le côté réalisme magique. Ça me le fait à chaque fois pour tous les livres. La métaphore est très jolie mais je crois que j’aurais préféré le roman sans. J’ai préféré, par exemple, la façon dont Leigh et Axel parlaient de leur sentiment grâce aux couleurs, ça, ça m’a beaucoup plus touché.
Sans compter que plus de 400 pages pour un contemporain c’est long, très long, trop long.
.
C’est un roman sur la reconstruction et la guérison après une tragédie. Malgré sa noirceur, c’est une histoire lumineuse. Si vous aimez les romans contemporains et le réalisme magique, vous allez adorer !

“Once you figure out what matters, you’ll figure out how to be brave.”

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s