[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Only Black Girls in Town de Brandy Colbert

Résumé : Alberta, une fan de surf, est la seule fille noire en ville depuis des années. La meilleure amie d’Alberta, Laramie, est ce qu’elle a de plus proche d’une sœur, mais il y a des choses que même Laramie ne peut pas comprendre. Lorsque le bed and breakfast de l’autre côté de la rue trouve de nouveaux propriétaires, Alberta est ravie d’apprendre que la famille est noire et qu’ils ont une fille de 12 ans comme elle. Alberta est convaincue qu’elle et la nouvelle fille, Edie, seront rapidement amies. Mais alors qu’Alberta aime être une fille californienne, Edie préfère son Brooklyn natale et a du mal à s’adapter à la vie dans une petite ville.
Lorsque les filles découvrent une boîte de vieux journaux dans le grenier d’Edie, elles s’associent pour déterminer exactement qui se trouve derrière elles et pourquoi elles ont été abandonnés. Bientôt, elles découvrent des secrets choquants et douloureux du passé et apprennent que rien n’est tout à fait ce qu’il semble.

Editeur : Little, Brown Books for Young Readers
Date de sortie : Mars 2020
Genre : Jeunesse, contemporain
Nombre de pages : 368

Radar à diversité : héroïnes noires, l’une a deux papas + autrice noire

L’avis de @planetediversite : Je suis vraiment contente de redécouvrir les joies du roman middle grade. Idéal pour les petites pannes de lecture. J’avais déjà adoré Little & Lion de la même autrice et j’avais hâte de la relire dans un autre genre.
On suit donc l’amitié naissante entre Alberta, qui a longtemps été la seule fille noire de sa ville, et Edie la nouvelle voisine. Malgré deux personnalités et deux styles différents, les deux filles deviennent rapidement amies. Alberta est soulagée d’avoir enfin quelqu’un avec qui parler de certaines choses que sa meilleure amie, Laramie, ne peut pas comprendre. Elles vont toutes les deux se passionner pour de vieilles lettres retrouvées dans le grenier de l’une et mener une enquête pour savoir à qui elles appartenaient.
J’ai beaucoup aimé les deux personnages principaux notamment Alberta (dont on a le point de vue). Elle grandi beaucoup au fil du roman et j’ai beaucoup aimé son évolution. Elle a deux papas et une très belle relation avec eux. J’ai adoré toutes les scènes qu’ils passent en famille. Elle va aussi apprendre à mieux connaître sa mère biologique et Brandy Colbert est douée pour créer des relations qui font chaud au coeur.
Le livre aborde le racisme notamment par les micro-agressions et l’impact qu’elles peuvent avoir, du poids d’être la seule personne noire dans un quartier et l’impression de devoir représenter toute une communauté. L’histoire des lettres ajoutent une couche supplémentaire qui était intéressante de discuter. On y parle notamment de la communauté afro-américaine dans les années 50.
J’aurais peut-être aimé creuser plus profond la relation entre Alberta et Laramie parce que cette dernière n’a toujours pas vraiment l’air d’avoir conscience des choses qu’elle peut dire. Comme d’habitude, je vous invite aussi à lire des chroniques ownvoices. En tout cas l’autrice a su trouver les mots justes et on reste dans une histoire très tendre.
.
The Only Black Girls in Town est un roman qui respire l’été avec son soleil et ses plages, ses drames d’adolescents (et d’autres plus sérieux), ses amitiés qui, on le sait, durera pour toujours et une pointe de mystère.

8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s