[DIVERSITHEQUE] Chronique de Slay de Brittney Morris

Résumé : De jour, Kiera Johnson, dix-sept ans, est une étudiante brilliante, une tutrice de mathématiques et l’une des seules élèves noires du lycée Jefferson. Mais à la maison, elle rejoint des centaines de milliers de joueurs noirs qui s’affrontent dans le monde entier avec le jeu de cartes en ligne multijoueur secret, SLAY. Personne ne sait que Kiera a développé ce jeu, pas ses amis, sa famille, ni même son petit ami, Malcolm, qui pense que les jeux vidéo sont en partie responsables de la « chute de l’homme noir ».
Mais lorsqu’un adolescent de Kansas City est assassiné à propos d’un différend dans le monde de SLAY, les nouvelles du jeu parviennent aux médias grand public et SLAY est qualifié d’endroit raciste, d’exclusion et de violence pour les voyous et les criminels. Pire encore, un troll anonyme s’infiltre dans le jeu, menaçant de poursuivre Kiera pour « discrimination anti-blanc ».
Désireuse de sauver le seul monde dans lequel elle peut être elle-même, Kiera doit préserver son identité secrète. Mais peut-elle protéger son jeu sans se perdre dans le processus ?

Editeur : Simon Pulse
Date de sortie : Septembre 2019
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 323

Radar à diversité : pp noire, pp métisse + #ownvoices, ps trans
TW : racisme, relation abusive

L’avis de @planetediversite : Slay est un roman qui mélange gaming et des adolescentes qui se battent pour leurs droits. Kiera a développé un jeu à base de duels de cartes où ne sont acceptées que les personnes noires car Slay est un jeu conçu pour leur ressembler. Peu importe d’où viennent les joueurs, les cartes représentent les différentes cultures, que ce soit pop culture, les différentes religions, les différentes langues, les légendes, les fêtes, la nourriture… C’est endroit safe.
Même si je dois avouer que je n’ai vraiment compris le système de jeu en lui-même (oui, je ne suis une grande gameuse sauf si Animal Crossing et les Sims comptent), Slay reste un univers très immersif où on comprend rapidement les enjeux.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Kiera qui est une jeune fille pleine de ressources à laquelle on s’attache très facilement, j’ai adoré suivre l’histoire avec elle. Elle a aussi une soeur Steph et leur relation est vraiment cool. Il y a une dynamique intéressante entre les deux soeurs et leur mère qui ont un féminisme un peu différent les unes des autres.
On a aussi le point de vue de Cicada. Cicada c’est le pseudo de Claire une française qui aide Kiera a corrigé les problèmes du jeu et a animé les duels. Elle ne se sent pas vraiment légitime car elle est métisse. J’ai trouvé ça cool que l’autrice ajoute une amitié virtuelle, on entend encore trop souvent dire que celles-ci ne sont pas réelles.
L’autrice aborde de nombreux sujets : le racisme (dans la vie réelle mais aussi dans la communauté gaming), les trolls sur Internet, l’appropriation culturelle, l’identité, les violences policières mais aussi comment se sortir d’une relation malsaine.
Comme ce n’est pas ma place de dire si la représentation est correcte, je dirais juste que c’est une lecture qui m’a encore beaucoup appris et qui m’a fait comprendre des choses.

Slay est un roman où se mêlent le créatif, les injustices et l’amitié et je vous le conseille à 1000 % !

“As we duel, as we chat, there’s an understanding that « your black is not my black » and « your weird is not my weird » and « your beautiful is not my beautiful, » and that’s okay.”

8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s