[DIVERSITHEQUE] Chronique de Most Ardently de Susan Mesler-Evans

Résumé : Elisa Benitez est fière de qui elle est, de ses remarques mordantes et sarcastiques, de son amour pour les jolis garçons et les jolies filles. Si quelqu’un ne l’aime pas, c’est leur problème, et Elisa s’en fiche. Surtout si cette personne est Darcy Fitzgerald, une héritière snob, socialement maladroite avec un problème d’attitude et plus d’argent qu’elle ne sait quoi en faire.
À partir du moment où elles se rencontrent, Elisa et Darcy se détestent – ce qui est un peu malheureux, car le meilleur ami de Darcy sort avec la sœur d’Elisa. Il devient vite clair que le destin a l’intention de les réunir, qu’elles le veuillent ou non. Alors que sa vie et celle de Darcy deviennent de plus en plus liées, le monde jadis ennuyeux d’Elisa se transforme rapidement en chaos et en histoire de fierté, de préjugés et d’amour.

Editeur : Entangled Publishing
Date de sortie : Octobre 2019
Genre : YA, contemporain
Nombre de pages : 370

Radar à diversité : pp bi, pp lesbienne, F/F, pp grosse, pp latinx, pp métisse, ps trans
TW : pédophilie, viol

L’avis de @planetediversite : Most Ardently est une réécriture d’Orgeuil et Préjugés avec un couple de filles et si je ne connais rien à l’oeuvre de Jane Austen, j’avais quand même très envie de découvrir ce livre.
J’ai d’abord adoré la romance entre Elisa et Darcy. Les deux filles ne s’entendent pas du tout mais par la force des choses, elles vont devoir se supporter. Vous savez combien j’aime une bonne romance enemies-to-lovers. Elles prennent leur temps pour se découvrir et ça j’ai beaucoup aimé. Les deux personnages se complètent assez bien et comme on a les deux points de vue, on apprend à vraiment les connaître. Darcy n’est pas très à l’aise socialement tandis qu’Elisa est plus chill, toujours un peu sur la défensive.
La dynamique de la famille Benitez était aussi vraiment cool à suivre. Les soeurs se soutiennent beaucoup les unes les autres et chaque scène où elles sont ensemble le montrent.
Malheureusement, l’autrice a trop voulu retranscrire l’oeuvre de Jane Austen dans un monde moderne et… ça ne marche pas toujours. Le fait que la mère Benitez veut absolument marier toutes ses filles à un homme riche… Madame, on est au 21ème siècle, ça ne se fait plus. Tout le passage où Julieta est malade (la grippe) et doit rester chez Bobby était aussi un peu bizarre. Vous habitez à 10 kilomètres, vous pouvez peut-être la ramener chez elle, non ? Vous avez des voitures et des téléphones aussi, hein.
Le plus gênant reste l’arc autour de Lucia et Wickham (cf : Trigger Warnings), tout à partir de ce moment m’a profondément mise mal à l’aise. J’aurais préféré que l’autrice se contente de parler de la romance, j’étais vraiment pas prête à parler de pédophilie à ce moment-là.
Most Ardently est un roman très inclusive qui reprend bien les codes de la romance d’Orgeuil et Préjugés mais qui va parfois un peu trop loin dans sa réécriture.

6/10

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s