[DIVERSITHEQUE] Chronique de Cantoras de Carolina De Robertis

Résumé : En 1977, en Uruguay, un gouvernement militaire a écrasé la dissidence politique avec une force impitoyable. Dans cet environnement où les droits quotidiens des personnes sont menacés, l’homosexualité est une transgression dangereuse à punir. Et pourtant Romina, Flaca, Anita « La Venus », Paz et Malena – cinq cantoras, des femmes qui « chantent » – se retrouvent. Ensemble, elles découvrent un cap isolé et presque inhabité, Cabo Polonio, qu’elles revendiquent comme leur sanctuaire secret. Au cours des trente-cinq prochaines années, leur vie va et vient entre Cabo Polonio et Montevideo (la ville qu’elles appellent chez elles), elles reviennent, parfois ensemble, parfois en couple, avec des amoureuses, ou seules. Et tout au long, encore et encore, les femmes seront testées – par leurs familles, leurs amantes, la société et entre elles – alors qu’elles se battent pour vivre une vie authentique.

Editeur : Knopf Publishing Group
Date de sortie : Septembre 2019
Genre : Adulte, historique
Nombre de pages : 336

Radar à diversité : cast latinx et lesbiennes/bies + #ownvoices

L’avis de @planetediversite : Il y a quelques jours je vous parlais du livre Les Dieux du Tango de la même autrice mais c’est d’abord avec ce roman, Cantoras, que je l’ai découverte.
Cantoras c’est l’histoire de cinq amies liées par leur amour pour les femmes et leur envie de liberté alors qu’elles vivent dans un Uruguay dirigé par une dictature. Le roman commence alors qu’elles sont toutes assez jeunes. Certaines sont militantes, d’autres veulent échapper au rôle imposé aux femmes de cette époque et d’autres sont un peu plus perdues mais à Cabo Polonio, elles peuvent enfin être qui elles veulent sans avoir à se cacher.
L’autrice écrit des personnages plus vrais que nature et j’ai aimé chacune de ces cantoras.
On a d’abord Flaca, elle travaille à la boucherie familiale et sait y faire avec les femmes.
La Venus est une femme au foyer frustrée par sa vie qui, malgré elle, va briser pas mal de coeurs.
Paz est la plus jeune du groupe, elle a seize ans. Elle est curieuse et aimerait être aussi douée avec les femmes que Flaca.
Romina a subi des horreurs en prison et ses cauchemars la suivent.
Malena, la plus discrète des cinq cache un passé assez sombre qu’on découvre au fil des pages.
Ce sont les mots de l’autrice qui vous emporteront à Cabo Polonio, ses descriptions, sa manière de jouer avec les métaphores et les images rendent tout plus vivant presque comme si on y était.
Durant ces trente-cinq ans ces femmes vont tomber en amour et en désamour, défier le régime mais aussi les attentes de leur famille. Cantoras est un roman qui une ode au pouvoir de l’amitié, de l’amour entre femmes et de la liberté. J’ai une connexion spéciale avec ces histoires de femmes queer d’Amérique Latine, sûrement parce que ma famille vient de là-bas et je suis toujours émue de voir que ces femmes ont tout défié pour pouvoir s’aimer. Je ne peux que vous conseiller, demander, supplier de lire ce roman.

“Why did life put so much inside a woman and then keep her confined to smallness?”

10/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s