[DIVERSITHEQUE] Chronique de Crier’s War de Nina Varela

Résumé : Après que la guerre des races ait ravagé le royaume de Rabu, les Automae, destinés à être les jouets de la famille royale, ont usurpé les domaines de leurs propriétaires et plié le genre humain à leur volonté.
Maintenant, Ayla, une servante humaine qui monte dans les rangs de la Maison du Souverain, rêve de venger la mort de sa famille… en tuant la fille du souverain, Lady Crier.
Crier était fait pour être belle, sans faille et pour perpétuer l’héritage de son père. Mais c’était avant son mariage avec l’énigmatique Scyre Kinok, avant qu’elle découvre que son père n’était pas le roi bienveillant qu’elle avait admiré une fois, et plus important encore, avant de rencontrer Ayla.
Maintenant, avec l’agitation humaine croissante à travers le pays, les pressions exercées par une reine étrangère et la montée d’un nouveau dirigeant diabolique, Crier et Ayla découvrent qu’il ne peut y avoir qu’un seul chemin vers l’amour : la guerre.

Editeur : HarperTeen
Date de sortie : 1er octobre 2019
Genre : Fantasy, YA
Nombre de pages : 448

Radar à diversité : pp lesbienne et racisée, pp bisexuelle et racisée, romance F/F + #ownvoices

L’avis de @planetediversite : Crier’s War faisait partie de ces romans que j’attendais avec impatience et qui m »ont finalement un peu déçu.
Ici, on est dans un univers contrôlé par les Automae, des humains crées pour être la perfection incarnée qui autrefois servait le roi et qui se sont retournés contre lui pour prendre le pouvoir. Crier est une Automa qui a été créée pour être la fille du roi des Automae et qui va se marier dans peu de temps.
Ayla est une humaine qui n’a qu’un seul but dans la vie : venger sa famille qui a été tué pour des Automae. Pour ça, elle a trouvé un travail au sein même du château. Mais après qu’Ayla ait sauvé la vie de Crier, celle-ci lui propose de travailler pour elle comme sa domestique.
Pour Ayla, c’est l’occasion rêver pour mettre en pratique son plan mais les deux filles vont rapidement se trouver un ennemi commun et se rapprocher.
Si le personnage de Crier m’a beaucoup plu par son humanité et parfois sa candeur, je ne me suis pas vraiment attachée au personne d’Ayla que j’ai trouvé souvent insupportable et imbu d’elle même. Elle m’a rappelé beaucoup d’autres personnages de YA, c’est du vu et revu pour moi.
Quant à leur relation, je ne peux pas dire qu’elle m’est beaucoup émue. Trois mois après avoir lu le livre, je ne me souviens que de très peu de scènes entre elle et elles ne m’ont pas fait grande impression. J’en suis la première déçue. On est censé avoir un relation « enemies-to-lovers » et j’attends encore le côté « ennemies » parce que vraiment je ne l’ai pas ressenti.
L’univers ne m’a pas convaincu non plus, je pense que j’aurais aimé plus de backstory sur les Automae et sur pourquoi Crier est différente mais l’autrice n’aborde cette partie qu’en surface. Au contraire, j’ai beaucoup aimé les discussions sur l’humanité et les conflits politiques qui étaient en jeu.
Malgré mon avis plutôt mitigé, je vous conseille tout de même de lire Crier’s War qui n’a que des bonnes notes et des bons avis sur Goodreads. Je pense simplement que cette lecture n’était pas pour moi. Tant pis !

6/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s