[RECOMMANDATIONS] Les titres de rentrée littéraire à ne pas manquer !

D’abord la rentrée littéraire, kézako ? C’est une période, généralement entre fin août et septembre, où les maisons d’éditions sortent toutes en même temps les titres les plus prometteurs de l’année après une période calme où en été les parutions sont moindres. C’est aussi une course aux prix littéraires et donc aux ventes qui se joue à ce moment là. La rentrée littéraire ne concerne que la littérature blanche (littérature pour adulte en opposition avec les genres de l’imaginaire, les policiers, la jeunesse…)

Sur le blog, on parle peu de littérature blanche car c’est un genre qui m’intéresse très peu, voir pas du tout et forcément, je ne suis pas les sorties et j’en lis rarement. Mais cette année, je me suis un peu tournée vers cette rentrée littéraire qui a l’habitude d’être un rendez-vous pour les mêmes auteurices blanc-he-s chaque année pour voir si il ne se cachait pas quelques titres queer ou écrits par des auteurices racisé-e-s. Et j’ai trouvé des livres qui, au final, me font très envie !

Titre : Rien n’est noir de Claire Berest

Résumé : A force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages ? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien. Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes.
Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint. Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques

Radar à diversité : pp latinx, pp bi (je ne sais pas si ça sera mentionné dans le roman)

Date de sortie : 21 août

Titre : Ici n’est plus de Tommy Orange

Résumé : À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ensemble, ils vont faire l’expérience de la violence et de la destruction, comme leurs ancêtres tant de fois avant eux.

Radar à diversité : pp amérindien + #ownvoices

Date de sortie : 21 août

Titre : Virginia d’Emmanuelle Favier

Résumé : Dans le lourd manoir aux sombres boiseries, Miss Jan s’apprête à devenir Virginia. Mais naître fille, à l’époque victorienne, c’est n’avoir pour horizon que le mariage. Virginia Woolf dérogera à toutes les règles. Elle fera œuvre de ses élans brisés et de son âpre mélancolie.

Radar à diversité : pp bisexuelle

Date de sortie : 21 août

Titre : Jour de courage de Brigitte Giraud

Résumé : Lors d’un exposé en cours d’histoire sur les premiers autodafés nazis, Livio, 17 ans, retrace l’incroyable parcours de Magnus Hirschfeld, ce médecin juif-allemand qui lutta pour l’égalité hommes-femmes et les droits des homosexuels dès le début du XXe siècle. Homosexuel, c’est précisément le mot que n’arrive pas à prononcer Livio : ni devant son amie Camille, dont il voit bien qu’elle est amoureuse de lui, ni devant ses parents. Magnus Hirschfeld pourrait-il parler pour lui ? Sous le regard interdit des élèves de sa classe, Livio accomplit alors ce qui ressemble à un coming out.

Deux histoires se mêlent et se répondent pour raconter ce qu’est le courage, celui d’un jeune homme prêt à se livrer, quitte à prendre feu, et celui d’un médecin qui résiste jusqu’à ce que sa bibliothèque de recherche soit brûlée vive. À un siècle de distance, est-il possible que Magnus Hirschfeld et Livio se heurtent à la même condamnation ?

Radar à diversité : pp gay, pp juif

Date de sortie : 21 août

Titre : J’ai des idées pour détruire ton égo d’Albane Linyer

Résumé : Léonie, 27 ans, a le flegme pragmatique. Elle travaille chez McDo pendant la journée, garde la petite Eulalie le soir et se laisse porter par la vie. C’est souvent l’image d’Angela qui lui vient quand elle ferme les yeux et se laisse aller à une douce rêverie ou à des fantasmes plus crus – car Léonie a souvent la dalle. Le jour où elle se retrouve avec Eulalie sur les bras, elle met les voiles, direction le sud de la France où, croit-elle, Angela, se languit depuis dix ans…

Radar à diversité : cast de femmes lesbiennes, bi…

Date de sortie : 22 août

Titre : Jolis Jolis Monstres de Julien Dufresne-Lamy

Résumé : Être monstre, c’est 24/24. Si tu n’as pas ça au fond des tripes, tu peux dézipper ta robe à sequins et la laisser mourir.

2015, dans un bar de New York, un Afro-Américain de cinquante-neuf ans commande un whisky au serveur, un jeune Latino qui a décidé de changer de vie. Ils n’ont rien en commun et pourtant, ils vont se reconnaître. Car James a été pendant longtemps l’une des plus belles créatures du monde, et Victor souhaite plus que tout en devenir une. Certains disent qu’on est des monstres. D’autres pensent qu’on est les plus belles choses de ce monde. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. C’est vrai que nous sommes les plus jolis monstres du monde. Sur trois décennies, de Los Angeles à New York en passant par Atlanta, Jolis jolis monstres aborde avec beaucoup de finesse et de fantaisie la culture « drag », l’art du voguing, la question du genre. Alors que le puritanisme reprend place dans nos sociétés, que les homosexuels sont persécutés en Tchétchénie et jetés dans des camps, que le gouvernement Trump piétine les droits LGBT+ ou que l’État islamique en fait un combat idéologique à l’image de l’attentat d’Orlando, crime homophobe le plus grave de l’histoire américaine, ce roman haut en couleur est une prise de parole essentielle.

Radar à diversité : pp noir, pp LGBTQ+…

Date de sortie : 22 août

Titre : Le clou de Zhang Yueran

Résumé : Elle, Li Jiaqi, et lui, Cheng Gong, la trentaine un peu cabossée, se retrouvent après des années sans nouvelles. Ces deux-là étaient pourtant inséparables, quand ils jouaient à chasser les mystères du côté de la Tour des morts, sur le campus de la Faculté de médecine. Elle est la fille d’un poète professeur de littérature et d’une paysanne anesthésiée par la vie urbaine. Il est le fils d’une femme évanescente et d’un raté peu sympathique, élevé par une grand-mère tyrannique. Li Jiaqi rentre de Pékin où elle était rédactrice de mode, Cheng Gong habite encore avec sa tante dans l’appartement de son enfance. Leurs grands-pères étaient collègues, tous deux éminents professeurs de médecine, et c’est avec eux que tout a commencé, aux heures les plus sombres de la Révolution culturelle.

Radar à diversité : pp chinois.e + #ownvoices

Date de sortie : 22 août

Titre : Ce que l’on sème de Regina Porter

Résumé : Alors que l’Amérique panse encore la plaie ouverte de la Seconde Guerre mondiale, la destinée de deux familles se met en marche. James Vincent, d’ascendance irlandaise, fuit un foyer familial chaotique pour faire des études de droit à New York où il deviendra un brillant avocat. De son côté, Agnes Miller, une jeune femme noire à l’avenir prometteur, voit son rendez-vous amoureux tourner au cauchemar lorsque la police arrête sa voiture sur une route déserte en lisière d’un bois de l’État de Géorgie. Les conséquences de cette nuit funeste influeront inexorablement sur sa vie et celle de ses descendantes.
Pendant plus de six décennies de changements radicaux – de la lutte pour les droits civiques aux premières années de la présidence d’Obama, en passant par le chaos de la guerre du Vietnam –, les familles de
James et Agnes demeureront inextricablement liées.
Au fil de cette spectaculaire fresque familiale et amoureuse, ce roman donne à voir les coulisses méconnues de l’histoire d’une nation. Avec une justesse, un humour et une maîtrise rares, Regina Porter creuse les traumatismes des États-Unis sur plusieurs générations et expose avec grande intelligence les mouvements profonds d’une société sur
plus d’un demi-siècle.

Radar à diversité : pp noir.e + #ownvoices

Date de sortie : 29 août

Titre : Un mariage américain de Tayari Jones

Résumé : Celestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique, il occupe un bon job et rêve de lancer son business. Ils sont jeunes, beaux, l’incarnation du rêve américain… à ceci près que Celestial et Roy sont noirs, dans un État sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux. Un matin, Roy est emmené au poste, accusé d’avoir violé sa voisine de palier. Celestial sait qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner à douze ans de prison. Les hommes comme Roy ont toujours constitué les coupables idéaux. Les mois passent, la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle, subvenant aux besoins de son mari et lui manifestant un amour sans faille, jusqu’au jour où son habit devient trop lourd à porter. Elle trouve alors du réconfort auprès d’André, son ami d’enfance et témoin de mariage. À sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée…

Radar à diversité : pp noir.e + #ownvoices

Date de sortie : 29 août

Titre : Les cent puits de Salaga d’Ayesha Harruna Attah

Résumé : Elles ont le nom de reines guerrières, et tout semble les opposer. Aminah a quinze ans, guette les caravanes de marchands dans la région de Gonja, vend un peu de nourriture. Bientôt, un raid de cavaliers fait d’elle une captive.

Wurche est une princesse, fille têtue du chef de Salaga, la ville aux cent puits, haut lieu du commerce d’esclaves. Elle a l’âge d’être bientôt mariée, alors qu’elle ne rêve que de pouvoir, en ces temps d’alliances et de conflits entre chefs de tribus, avec les Ashantis de la forêt voisine, avec les Allemands, les Anglais, les Français.

Et il y a Moro, l’homme à la peau si noire qu’elle est bleue. Il vit de la vente d’esclaves mais croit à la destinée, et cède à la beauté.

Radar à diversité : pp noir.e.s + #ownvoices, bisexualité

Date de sortie : 4 septembre

Titre : Automne d’Ali Smith

Résumé : Daniel Gluck, centenaire, ne reçoit pas d’autres visites dans sa maison de retraite que celles d’une jeune femme qui vient lui faire la lecture. Aucun lien familial entre les deux pourtant, mais une amitié profonde qui remonte à l’enfance d’Elisabeth, quand Daniel était son voisin. Elisabeth n’oubliera jamais la générosité de cet homme si gentil et distingué qui l’a éveillée à la littérature, au cinéma et à la peinture.
Les rêves – ceux des gens ordinaires, ou ceux des artistes oubliés – prennent une place importante dans la vie des protagonistes d’Ali Smith, mais le réel de nos sociétés profondément divisées y trouve également un écho. Le référendum sur le Brexit vient d’avoir lieu, et tout un pays se déchire au sujet de son avenir, alors que les deux amis mesurent, chacun à sa manière, le temps qui passe. Comment accompagner le mouvement perpétuel des saisons, entre les souvenirs qui affluent et la vie qui s’en va ?

Radar à diversité : ps lesbienne + #ownvoices

Date de sortie : 4 septembre

Titre : Un autre tambour de William Melvin Kelley

Résumé : Du jour au lendemain, les résidents noirs d’une petite ville imaginaire d’un État du Sud désertent, à la suite de l’acte de protestation d’un jeune fermier, descendant d’esclave.
Juin 1957. Sutton, petite ville tranquille d’un état imaginaire entre le Mississippi et l’Alabama. Un après-midi, Tucker Caliban, un jeune fermier noir, recouvre de sel son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison, et quitte la ville. Le jour suivant, toute la population noire de Sutton déserte la ville à son tour.
Quel sens donner à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d’un tiers de ses habitants ?
L’histoire est racontée par ceux qui restent : les Blancs. Des enfants, hommes et femmes, libéraux ou conservateurs, bigots ou sympathisants.

Radar à diversité : auteur noir

Date de sortie : 4 septembre

Titre : Miss Islande de Auður Ava Ólafsdóttir

Résumé : Islande, 1963 – cent quatre-vingt mille habitants à peine, un prix Nobel de littérature, une base américaine, deux avions transatlantiques, voilà pour le décor. Hekla, vingt et un ans, emballe quelques affaires, sa machine à écrire, laisse derrière elle la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík avec quatre manuscrits au fond de sa valise. Il est temps pour elle d’accomplir son destin : elle sera écrivain.

Sauf qu’à la capitale, on lui conseille de tenter sa chance à l’élection de Miss Islande au lieu de perdre son temps à noircir du papier. Entre deux petits boulots, Hekla se réfugie chez Ísey, amie d’enfance convertie en mère de famille par un amour de vacances. Ou auprès de Jón John, fils illégitime d’un soldat américain qui rêve de quitter son île pour vivre de stylisme et de l’amour d’un autre homme…

Radar à diversité : homme queer

Date de sortie : 5 septembre

Titre : Conversations entre amis de Sally Rooney

Résumé : L’action prend place à Dublin. Nous sommes loin du Dublin de Joyce, plutôt dans une capitale post-crise économique où la jeunesse débat sur les ravages du capitalisme entre deux flirts et intrigues amoureuses. Frances (la narratrice) et Bobbi, son ex-amante, font partie de cette jeunesse, de ces millennials qui peinent à trouver une place dans le monde laissé par leurs aînés. Quand elles rencontrent Melissa et Nick, un couple plus âgé qu’elles, le cours de leur vie change : commence alors un « ménage à quatre » mouvant où la confusion des sentiments fait rage. Ensemble, Frances, Bobbi, Nick et Melissa écrivent, s’aiment, vivent… et s’interrogent. Sur le monde, mais surtout sur eux-mêmes.

Radar à diversité : femmes queer

Date de sortie : 5 septembre

Titre : Célibataire, heureuse et prête à tout de Katherine Heiny

Résumé : Les jeunes héroïnes de Katherine Heiny ne sont pas des modèles de moralité : Maya est amoureuse de son petit-ami et de son patron. L’amant de Sadie l’appelle tout en partant rejoindre sa femme à une thérapie de couple. Gwen en pince pour son co-locataire, un homme qui est capable de lui tenir la main avant de lui dire qu’il la trouve moite. Et Sasha accepte de prendre un verre avec l’épouse de son amant, ce qu’elle regrette aussitôt.
Et au cours de ces onze instantanés de vie à la fois follement drôles et émouvants, elles vont se débattre avec des invités inopportuns, des fêtes d’anniversaire désastreuses, des amis loyaux mais paumés, et toutes sortes de situations compliquées.
Maya, qui apparaît dans la nouvelle qui donne son titre au recueil, est le personnage qui relie toutes ces histoires entre elles. Elle nous entraine dans sa découverte du plaisir, du deuil et du mensonge et finalement de l’inconstance du cœur humain.

Radar à diversité : F/F

Date de sortie : 18 septembre

Titre : Son corps et autres célébrations de Carmen Mario Machado

Résumé : Un ruban vert autour d’un cou est un détail qui a de quoi intriguer, surtout quand la femme qui le porte refuse qu’on y touche, y compris son mari. Que cache ce refus ? Ce ruban est-il une métaphore, un symbole, ou bien plus concrètement la marque d’un danger qui rôde ?

Voilà le genre d’histoires que renferme Son corps et autres célébrations. Les relations entre hommes et femmes, et le rapport des femmes à leur propre corps, sont au cœur de ces nouvelles qui ont fait l’effet d’une petite bombe lors de leur parution aux États-Unis. On y croise des femmes qui font l’« inventaire» de leurs amant(e)s alors qu’autour d’elles, un fléau ravage les États-Unis, d’autres qui découvrent avec effroi les secrets d’une boutique de robes, ou qui ont de (très) mauvaises surprises après une opération visant à perdre du poids.

Les nouvelles de Carmen Maria Machado ne sont d’aucun genre : tour à tour fantastiques, fantaisistes ou proches de la science-fiction, elles préfèrent le trouble à la certitude, l’ombre à la clarté. Elles partagent cependant une ambition commune : dire la réalité de l’expérience des femmes et la violence qui s’exerce sur leurs corps. Mais aussi, et surtout, leur désir.

Radar à diversité : autrice latinx, queer

Date de sortie : 19 septembre

3 commentaires

  1. Merci pour cette belle liste de recommandations ! J’en avais déjà noté quelques-uns, mais tu m’en as fait découvrir d’autres. J’espère qu’il y aura de bonnes surprises dans ces lectures, j’attends particulièrement Un mariage américain, Jolis jolis monstres, Ici n’est plus ici et J’ai des idées pour détruire ton ego.
    Pour le radar à diversité santé mentale, il y aura aussi F20 de Anna Kozlova.

    J'aime

  2. Merci pour cette belle liste de recommandations ! J’en avais déjà noté quelques-uns, mais tu m’en as fait découvrir d’autres. J’espère qu’il y aura de bonnes surprises dans ces lectures, j’attends particulièrement Un mariage américain, Jolis jolis monstres, Ici n’est plus ici et J’ai des idées pour détruire ton ego.
    Pour le radar à diversité santé mentale, il y aura aussi F20 de Anna Kozlova.

    J'aime

Répondre à Little (PlanèteDiversité) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s