[DIVERSITHEQUE] Chronique de Les Faucons de Raverra T.1 de Melissa Caruso

Résumé : La magie est peu fréquente dans l’Empire raverrain, et ceux qui naissent avec ce pouvoir sont étroitement contrôlés : repérés dès l’enfance, ils se retrouvent enrôlés de force dans le régiment des Faucons.
Zaira a évité ce sort ; elle a grandi dans les rues en volant pour survivre et en dissimulant sa nature. Mais elle cache une magie rare et dangereuse, une magie qui pourrait menacer l’Empire tout entier.
Amalia Cornaro n’était pas destinée à devenir Fauconnière. Héritière d’une puissante famille, érudite, elle vit dans le monde dangereux des machinations politiques. Mais le sort va réunir l’héritière et la sorcière en une alliance improbable. Alors que la menace de la guerre se profile, il pourrait suffire d’une étincelle pour transformer leur cité en un brasier incandescent…

Editeur : Bragelonne
Date de sortie : 12 juin 2019
Genre : Fantasy, YA
Nombre de pages : 672

Radar à diversité : pp bisexuelle, couple M/M secondaire

L’avis de @planetediversite : Les Faucons de Raverra se déroule dans un univers qui ressemble un peu à Venise pendant la Renaissance. La paix dure grâce au fait que l’Empire contrôler des Faucons. Les Faucons sont des mages mais pour éviter que leur pouvoir éradique les villes, ils sont liés à un Fauconnier, c’est cette personne qui est chargée de libérer la magie du Faucon grâce à un mot.
C’est comme ça que tout commence quand Amalia, dont la mère a une place très importante au sein de la ville, croise le chemin de Zaira, une sorcière de feu qui a réussi à éviter jusqu’à de dévoiler ses pouvoirs. Malheureusement pour elle, Amalia va être contrainte de lui passer un bracelet autour du poignet qui va contrôler ses pouvoirs. Zaira devient Faucon et Amalia sa Fauconnière. Le début du roman est très rapide car c’est la première scène, par la suite, le rythme de l’histoire va redescendre un peu.
En tout cas Amalia et Zaira ne pourraient pas être plus différentes. Amalia est une noble qui a toujours vécue dans l’opulence et qui devra, un jour, prendre la place de sa tête à la tête du conseil de la ville. Quant à Zaira, elle a grandi orpheline en passant sa vie à se cacher et vit très mal le fait de ne plus avoir sa liberté. Elles vont devoir apprendre à se connaître et surtout à se faire confiance. J’ai beaucoup aimé voir leur relation évoluer et les voir devenir amies. C’est un peu un enemies-to-friends au final.
Une autre chose qui m’a beaucoup plus dans le roman sont les dialogues que j’ai trouvé agréables à lire et qui en dévoilent assez. Je ne sais pas pourquoi, c’est cet élément de l’histoire que je retiens le plus. Toute l’intrigue du roman tient dans les relations très intéressantes des personnages entre eux : Amalia et sa mère, une matriarche qu’on croit stricte et dure au début mais qui va montrer d’autres facettes de sa personnalité; Amalia et Zaira; Amalia et Marcello, le Fauconnier amoureux d’Amalia mais dont l’histoire d’amour est impossible à cause de leur rang respectif…
Le système de magie est très intéressant. On découvre des mages avec plusieurs pouvoirs, on rencontre des mages dont le travail est de créer des armes de guerre et leur vision des choses quant à cela. Des mages qui sont heureux de leur condition même s’ils ne disposent pas d’une liberté totale et d’autres qui détestent ce qu’ils sont devenus. En presque 700 pages, l’autrice a bien le temps d’installer son univers et elle le fait intelligemment tout au long du roman. J’ai adoré en apprendre toujours plus.
Passons au point plus négatif du roman : son rythme. Peut-être que ça vient de moi, peut-être qu’un roman de fantasy de 700 pages c’est plus pour moi mais comme je disais plus haut, le début du roman est rapide, on rentre dans l’action et dans l’intrigue facilement et puis après, tout ralentit. J’ai souvent décroché lorsque les personnages parlaient d’intrigues politiques car il y avait tellement de noms d’empires à retenir qu’en général, je ne savais plus qui était qui. Mais c’est vraiment une remarque très personnelle et peut-être que vous le lirez sans problème.
Je me suis longtemps demandé si j’allais poster cette chronique sur le blog car en effet même si Zaira est bisexuelle, ce n’était pas quelque chose qu’on voit beaucoup ou qui a une importance capitale ici. Mais comme je sais que dans le deuxième tome, Zaira a une petite-amie je me suis dis que ça serait quand même bien d’avoir posté la chronique du premier tome avant celui du deuxième. La bisexualité de Zaira est quand même mentionnée plusieurs fois, elle a notamment un petit faible pour une autre Faucon au camp d’entraînement. J’ai hâte de voir où ça va nous mener. Cependant, j’ai été un peu gêné par le fait que l’autrice montrait l’attirance de Zaira envers les femmes en la faisant sans arrêt commenter la poitrine des femmes avec des « y’a du monde au balcon », « elle est bien fournie ». Comme si l’autrice c’était demandé ce qui attirait les hommes, c’était dit « bah oui les poitrines » dont les femmes attirées par les femmes sont forcément obnubilées par les poitrines aussi CQFD ! Je pense que ça aurait pu être fait autrement. Cela dit, elle passe aussi beaucoup de temps à commenter le physique des hommes alors c’est peut-être juste sa personnalité.
En tout cas, j’ai passé un super moment à lire ce roman. On y retrouve beaucoup d’intrigues politiques, un système de magie unique et des personnages qu’on a envie de suivre au bout du monde. Le tome 2 doit sortir dans le courant de l’année en plus alors n’attendez plus !

8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s