[DIVERSITHEQUE] Chronique de Pour que tu sois mienne de Sara Farizan

Résumé : Sahar vit à Téhéran. Elle est amoureuse de sa meilleure amie depuis toujours. Pour combler le fossé social qui les sépare, elle travaille dur dans l’espoir de devenir médecin. Le reste du temps, elle prend soin de son père, muré dans le silence depuis la mort de sa femme. Lorsque Sahar apprend les fiançailles de Nasrin, son rêve s’effondre. La cérémonie aura lieu dans trois semaines, sauf si elle trouve une façon d’empêcher ce mariage. Mais en Iran où l’homosexualité est punie par la peine de mort, si elle veut s’unir à une femme, elle n’a d’autre choix que de devenir un homme. Encore faut-il qu’elle accepte de se faire « réparer », et qu’elle entame la métamorphose sans laquelle son union serait jugée contre nature.

Editeur : Milady
Date de sortie : 20 janvier 2017
Genre : Contemporain, YA
Nombre de pages : 250

Radar à diversité : pp lesbienne, pp musulmane, pp iranienne + #ownvoices, ps trans, dépression

L’avis de @planetediversite : Je connaissais Sara Farizan pour son roman Tell Me How a Crush Should Feel, là aussi un livre sur l’homosexualité féminine, mais lorsque j’ai vu que son premier roman avait été traduit en France, je me suis jetée dessus. C’est pas tout les jours qu’une maison d’édition publie un roman #ownvoices sur des lesbiennes musulmanes.
On découvre dans ce roman la société iranienne et ses codes qui interdit beaucoup de choses aux femmes comme par exemple le fait qu’elles ne peuvent pas sortir de chez elle sans être accompagnée. On suit Sahar, une jeune fille de dix-sept ans, amoureuse de sa meilleure amie depuis toujours. Mais les lois interdisent les couples homosexuels, la seule façon pour Sahar d’être avec Nasrin, c’est de changer de sexe et de devenir un homme. Les lois sont ainsi faites. Si l’homosexualité est passible d’une peine de mort, les opérations pour les personnes trans, elles, sont acceptées. Devenir un homme pour Sahar permettrait de « rentrer dans la norme » et de se marier avec Nasrin. Alors, à ce moment là du roman, j’étais déjà un peu inquiète de la façon dont la transidentité allait être abordée. Sahar rencontre plusieurs personnages trans au fil du roman et j’ai pu relever quelques commentaires qui m’ont fait lever les yeux au ciel. C’est vraiment un passage qui m’a beaucoup dérangé. Peut-être parce que ça manquait de profondeur et de développement de la part de l’autrice. Il n’empêche que le plan de Sahar de changer de sexe n’ait jamais considéré comme une bonne solution.
L’autre scène qui m’a dérangé, c’est lorsque Sahar se rend chez un médecin qui pratique la chirurgie pour la transition et l’explique en détail. J’ai un peu pensé que c’était simplement fait pour le choc, ça n’avait pas vraiment sa place ici.
J’ai aimé la narration du point de vue de Sahar qui ne retient rien de ses peurs et de la réalité de sa situation pour mettre à l’aise le ou la lecteur-trice. J’ai beaucoup aimé Parveen une femme transgenre qui parle de son expérience à Sahar et lui reste une amie précieuse. C’est un personnage réaliste que j’aurais aimé connaitre un peu plus.
J’ai moins accroché avec le personnage de Nasrin. J’ai presque pensé que Sahar serait mieux sans elle. Elle m’a apparu comme un peu égoïste et trop habituée à son confort pour l’abandonner pour Sahar.
Je reste mitigée sur cette lecture. D’un côté, j’ai aimé en apprendre plus sur l’homosexualité en Iran (notamment lorsque le cousin gay de Sahar l’emmène rencontrer la communauté queer de Téhéran), j’ai adoré le personnage de Sahar et de l’autre, j’ai trouvé le roman trop court avec quelques problématiques dérangeantes. Je trouve que ça reste une lecture importante.

6,5/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s