[DISCUSSION] Forcer la diversité ?

Il y a quelques mois, je regardais la vidéo de quelqu’un sur YouTube (inutile de me demander qui, ici le but n’est pas de dire du mal de quelqu’un) qui parlait du roman I Was Born For This d’Alice Oseman et l’une de ses phrases m’a marqué : « On a l’impression que la diversité est forcée ». Si vous ne le savez pas, dans ce roman on a un personnage principal féminin musulman, un personnage secondaire trans et gay et plusieurs autres personnages queer et racisés qui gravitent autour d’eux. Alors honnêtement, le terme de « diversité forcée » m’a fait tiquer. Pourquoi un roman qui a plus d’un personnage queer, plus d’un personnage racisé, parfois des personnages qui sont queer ET racisés (WOW), serait-il un roman avec des représentations forcées ? Pour avoir vu plusieurs vidéos de cette personne, je ne l’ai jamais vu se plaindre du manque de diversité lorsqu’un roman est composé seulement de personnages blancs et hétéros alors pourquoi parler de diversité forcée ?

1. La diversité forcée c’est lorsqu’elle est mal faite et/ou que le roman est mauvais.

Non, même les représentations les plus mal écrites ne sont pas forcées. Elles ne sont que ça : mal faites, pleines de mauvais tropes, parfois avec des connotations racistes/homophobes/grossophobes (…) mais elles ne sont pas forcées. Décider qu’un personnage sera queer ou racisé n’est souvent rien d’autre qu’un choix créatif.
Dire que le roman est mauvais à cause de sa diversité forcée reviendrait à dire que ce sont les personnages queer et/ou racisés qui ont baissé la qualité du livre, que si le héro.ïne avait été blanc.he et/ou hétéro alors le roman aurait été bon. Vous voyez le problème ?

2. La diversité forcée c’est la présence de représentations uniquement pour attirer l’attention.

Pourquoi attirer l’attention serait une mauvaise chose ? Pourquoi il ne vaudrait pas vouloir l’attention d’une communauté qui est la cible principale d’une oeuvre ? Pourquoi il ne faudrait pas vouloir dire « vous êtes dans ce livre et je pense qu’il vous plaira » ?
Avoir un roman avec de la diversité n’est pas toujours un grand acte politique. Parfois tel personnage est queer parce que l’auteurice l’a tout simplement décidé et non le roman ne tournera pas autour de sa sexualité, de sa couleur de peau, non ça ne changera pas grand chose à l’histoire excepté pour le fait que certains lecteurices se sentiront représentés. La diversité n’a pas besoin d’être justifiée, elle ne peut donc pas être forcée.

3. Alors quelle est la différence entre la diversité et la diversité forcée ?

J’ai souvent lu que l’une était naturelle et l’autre artificielle (QUOI ?). J’ai aussi entendu parler de diversité forcée dans les romans historiques. Oui, c’est vraiment étrange d’avoir des personnages gays et/ou racisés dans une fiction historique c’est presque comme si… ce n’était pas une invention du XXIème siècle ! Au final, on en revient toujours à la même chose la « bonne diversité » c’est la diversité discrète, celle qui ne fait pas trop de bruit. Et oui parce que si votre personnage gay est « TROP » gay alors là vous mettez mal à l’aise l’homme/la femme cishet et ça devient alors selon eux de la diversité forcée. Rien n’est naturel dans une fiction. Évidemment que c’est un choix que tel personnage soit queer ou racisé puisqu’on parle de création et d’imagination.
Ce n’est pas parce que dans votre entourage proche vous n’avez pas d’ami.e.s racisé.e.s, queer, handicapé.e.s que le reste du monde est comme vous.  Les minorités existent même si elles sont, comme leur nom, indique minoritaires. Ce n’est pas de notre faute si vous ne comprenez pas que des personnes différentes de vous existent de partout et depuis toujours. Un roman ne peut pas avoir « trop de diversité » comme il ne peut pas y avoir trop de personnes LGBTQ+ et/ou racisées dans le monde. Parler de diversité forcée dès qu’un personnage n’est pas un homme blanc et/ou hétéro revient juste à dire vous pensez que l’homme blanc et hétéro est la norme.

La diversité qui met mal à l’aise est renommée « diversité forcée ».

N.B : La seul exemple de diversité forcée qui pourrait fonctionner est celui de J.K Rowling qui plus de dix ans après l’écriture de ses livres arrivent comme une fleur pour nous dire que depuis tout ce temps, Naguini était une femme asiatique ou que Dumbledore est gay. Si ce n’est pas dans le livre, ce n’est pas de la représentation.

4 commentaires

  1. Super argumentaire et je suis d’accord avec toi. C’est pas logique de dire qu’il y a de la diversité forcée. Justement c’est super que de plus en plus d’ecrivain(e)s se mettent à créer des perso LGBTQIAA+ ainsi que des perso avec un handicap comme ça les personnes qui le sont se sentent plus représentés (pour peu aussi que ce soit bien fait car parfois certains auteurs ne font pas assez de recherches et du coup le perso en question est mal crée).

    J'aime

  2. Salut! Très bien expliquée ! je suis une femme noire et la non-diversité forcée j’en ai lu des tonnes depuis que je sais lire ! Je lis en anglais de plus en plus car j’aime le contemporain et la SFFF ou je me reconnais dedans de manière ludique (et pas seulement avec des sujets sur le racisme, l’esclavage etc…).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s