[#MERCREDISGRAPHIQUES] Rupture, voyage dans l’espace et Claudine

Résumé : Antonio, un thésard en histoire, spécialiste des Saints oubliés, se sépare de son partenaire, Tancrède, après une année de relation. Cette rupture le marque profondément, et entre des études à finir, des colocs très présents, de nouvelles conquêtes, un père voyageur temporel et des chutes de lapin en neige, l’année qui va s’écouler risque d’être intéressante… Douze mois, douze moments dans la vie d’un jeune homme qui se cherche et se fait une raison à la fin d’une histoire importante. Douze situations dans un Bologne à mi-chemin entre Fellini et Boris Vian, qui ponctuent un chemin de croissance plus que de guérison, racontées avec la délicatesse désarmante de Luca Vanzella et rendues réel par les images sublimes de Giopota qui signe son premier long roman graphique.
Avis : Une année sans toi est un BD sur le deuil d’une relation amoureuse. Antonio paraît plutôt feignant et apathique à sa première apparition et sa bande d’ami.e.s fait tout pour le sortir de sa déprime. La BD se découpe en douze mois où Antonio est confronté plusieurs à sa rupture avec son petit-ami, où il rencontre d’autres garçons…
La graphisme est agréable et plutôt aéré et malgré quelques planches oniriques qui m’ont parfois perdues (comme la scène où il neige des lapins), j’ai trouvé le style sympa. Au final, on suit la reconstruction d’une personne à l’aide de ses amis et de sa passion pour l’Histoire mais j’aurais aimé être plus touchée par le récit et m’attacher plus au personnage.

Radar à diversité : personnages gays

6/10

Résumé : Dans l’espace le plus profond, un équipage reconstruit de magnifiques structures en ruine et assemble minutieusement le passé. Alors que Mia, la nouvelle recrue, fait la connaissance de son équipe, les différents événements lui rappelle son année charnière en internat où elle est tombée amoureuse d’une nouvelle étudiante plutôt mystérieuse. Lorsque Mia se rapproche de ses nouveaux amis, elle révèle son véritable objectif: rejoindre son navire et retrouver son amour perdu.

Avis : Conseillé sur Twitter pour l’autrice Alice Oseman, je me suis jetée sur ce webcomics.
Mia commence un nouveau travail sur un vaisseau spatial et ne se doute pas que l’équipage va devenir une véritable famille. On apprend petit à petit à connaître ses personnages là et en parallèle l’histoire de Mia et de la fille dont elle était amoureuse à l’école. Au début, il ne comprend pas comment ses deux histoires sont liées et lorsque tout s’emboîte, le récit prend tout son sens.
J’ai adoré le trope de la « famille choisie » celle qu’on trouve par hasard et constituée de nos plus proches ami.e.s. On a deux romances F/F au centre de l’histoire, des personnages racisés ainsi qu’un personnage non-binaire. Le thème de l’espace est bien utilisé avec des planches magnifiques et un style graphique inimitable.
On A Sumbeam est vraiment un comics que je conseille si vous cherchez une belle histoire de famille et d’amour dans l’espace.

Où le trouver ? Onasumbeam.com

Radar à diversité : romances F/F, personnages racisés, non-binarité, maladie mentale

10/10

Résumé : Cette année qui débute doit se conclure avec les épreuves du brevet, mais les études ennuient profondément Claudine qui préfère jouer des tours à ses camarades et se mêler des affaires des grandes personnes. Du haut de ses quinze ans, cette jeune fille vive, un brin effrontée, destabilise le petit monde qui l’entoure. Si certains hommes commencent à la courtiser franchement, elle, de son côté, s’éprend de la nouvelle institutrice. Dès lors, l’école de jeunes filles du village devient le théâtre d’une comédie de mœurs tendre et piquante aux accents vaudevillesques.

Avis : On termine avec ma première déception de l’année. Claudine à l’école est une BD inspirée du roman de Colette. Je connaissais l’autrice mais pas ses oeuvres et j’étais curieuse de savoir ce qu’il en était.
L’histoire originale est sortie dans les années 1900 mais c’est un récit qui a très mal vieilli et que je trouve déplacé aujourd’hui.
Claudine est tout d’abord un personnage détestable qui maltraite ses amies, à part son amour pour son père, je ne lui ai pas trouvé beaucoup de qualités. Celle-ci tombe amoureuse de l’assistante de sa maîtresse d’école qui elle-même est amoureuse de la maîtresse d’école puis se fiance avec un homme. Les Feux de l’Amour who ?
Mais c’est vraiment les relations entre adolescentes-adultes qui m’a dérangé puisque Claudine a une brève histoire avec cette assistante, que Claudine se fait embrasser de force par un homme adulte qui essaye de la séduire à de nombreuses reprises, sans parler du médecin pervers de la ville. Je ne comprends pas l’intérêt de remettre au goût du jour par le biais d’une BD une histoire si dérangeante.
Sans compter qu’il n’y a presque aucune trame, on suit juste les petites péripéties d’une gamine trop gâtée.

Radar à diversité : bisexualité, homosexualité féminine

1/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s