[DIVERSITHEQUE] Chronique sur la trilogie The Circle de Mats Strandberg et Sara Elfgren

Résumé du tome 1 : Une nuit de pleine lune, un astre brille au-dessus de la forêt d’Engelsfors, en Suède. Six lycéennes sont mystérieusement attirées, dans une marche somnambule, jusqu’à un vieux parc d’attractions à l’abandon. Là, une prophétie leur est révélée. Elles sont les Élues, un groupe de sorcières liées les unes aux autres.
À Engelsfors, le Mal est puissant, actif. Il les cherche, les chasse. Si elles apprennent à maîtriser leur pouvoir, si elles restent unies et arrivent à faire front ensemble, elles pourront le vaincre. Mais comment former un cercle soudé quand tout les oppose ?

Editeur : Pocket
Date de sortie : 14 avril 2016
Genre : Urban fantasy
Nombre de pages : 592

TW : scènes graphiques, sang, suicides

Radar à diversité : pp grosse, romance f/f + auteur gay

L’avis de @littleandthemoon : J’ai lu ce premier tome sans savoir que Pocket avait traduit toute la trilogie. J’avais entendu parler d’une romance f/f et comme vous me connaissez bien maintenant, vous savez que c’est la seule et unique raison pour laquelle je me suis lancée dans cette lecture. Des sorcières et une romance f/f ? I’M IN.
Le roman se passe en Suède dans une petite ville où tout le monde connait tout le monde et rien ne se passe jamais… jusqu’au jour où un élève, Elias, se suicide. C’est là que tout commence, une lune rouge apparaît et six filles développent des pouvoirs. Ces six filles ne pourraient pas être plus différentes pourtant, elles doivent apprendre à travailler ensemble car le suicide cache quelque chose de plus malsain.

Ce que j’ai aimé :

→ Les personnages : Le début peut paraître long puisqu’on présente les personnages et les auteur-trice-s donnent une vie d’ensemble de leur vie.
Minoo : La fille intelligente du groupe, elle a souvent de bonnes idées et son pouvoir tarde à se manifester. Elle est amoureuse de son professeur.
Anna-Karin : Souvent brutalisée par les autres élèves, elle vit dans une ferme avec son grand-père et sa mère dépressive. Elle est grosse et subit les moqueries.
Linnéa : La gothique. Orpheline, elle vit seule dans un appartement. Elias était son meilleur ami.
Vanessa : Elle aime le sexe et les fêtes.
Rebekah : Anorexique, sort avec le mec populaire du lycée.
Ida : La brute du lycée.
Voilà un peu comment sont présentés les personnages au début. Pourtant très vite, ils sortent de leur caricature pour se montrer sous un nouveau jour. On suit leur évolution, on découvre leurs mauvais et leurs bons côtés. Les personnages ont tous des situations de vie différente : certains sont plutôt aisés, d’autres assez pauvres, certains vivent en ville, d’autres à la campagne.
Les personnages sont le point fort de l’histoire et c’est à travers eux que les auteur-trice-s font passer des messages forts. C’est aussi une des rares fois où j’ai vu des adolescents aussi bien écrit. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir 15-16 ans à nouveau. On y voit les joies, les peines, les insécurités que peuvent avoir des jeunes filles à notre époque. Elles sont toutes uniques. Vous n’allez pas aimer tous les personnages. Ida va vous taper sur les nerfs pendant un long moment et il faudra attendre le tome 2 pour commencer à changer d’avis sur elle. En tout cas, j’ai aimé voir ses six filles se rapprocher et pour certaines, devenir amies.
→ L’originalité : J’ai trouvé que certains tropes étaient plus bien utilisés comme pour le trope du « chosen one » qui est très présent mais fait d’une façon assez inattendu puisque cette fois ils sont sept. On n’a donc pas un seul héro prêt à sauver le monde mais six jeunes filles et un garçon.
→ L’atmosphère : Le roman a une ambiance spéciale et je sais que je ne la retrouvais pas ailleurs. C’est un peu glauque, witchy et on sent vraiment qu’on se trouve dans une petite ville perdue de la Suède.
→ Les thématiques : Plusieurs sujets sont abordés puisqu’on y parle du consentement, des relations profs/élèves, bullying, de la dépression et même de l’identité sexuelle puisque dans le deuxième tome, une des filles réalise son attirance pour une autre. On aborde aussi l’importance de la thérapie. Il y a donc un large panel de sujets abordés plus ou moins en profondeur.
→ Le réalisme : Je vous parlais des personnages qui ressemblaient à de vrais adolescents mais le réalisme ne réside pas seulement dans les personnages, on le retrouve aussi dans les situations. Ces six adolescentes qui doivent sauver le monde le font parfois au péril de leur vie ou de celles de proches et le traumatisme ne disparaît jamais vraiment. Au bout de cinquante pages, on n’a pas oublié les horreurs qu’elles avaient vécu.
C’est la même chose dans les choix des personnages. Imaginez avoir été maltraité toute votre vie et soudainement, on vous donne le pouvoir de contrôler les esprits, que feriez-vous ? La réalité c’est que la colère, le pouvoir, l’envie de vengeance prend le dessus et c’est ce qu’on retrouve dans ce roman. Les choix ne sont pas toujours fait intelligemment et parfois, les personnages font des erreurs.
→ La romance F/F : Et oui, j’étais obligée de vous en parler même si elle ne débute que dans le deuxième tome. Je ne vous dirais pas de quels personnages il s’agit mais simplement que j’ai beaucoup aimé le temps que prenait les auteur-trice-s pour installer cette histoire d’amour. Dans le premier tome, on les voit réaliser toutes les deux qu’elles méritent mieux que de pauvres gars qu’elles doivent toujours materner. Dans le deuxième tome, les sentiments naissent et c’est fait avec une justesse incroyable. Il faut attendre le début du troisième tome pour les voir ensemble (hallelujah!).

Ce que j’ai moins aimé :

→ Longueur : C’est en tout cas vrai pour le premier tome car même si c’est le plus court de la série avec ces 500 pages, le début est assez long et la magie est un peu mise au second plan. Il faudra attendre la moitié du roman pour que tout se mettent en place.
Pour résumé, l’univers de The Circle est riche de ses personnages, de ses problématiques et de sa magie. Voilà enfin un roman pour adolescents qui les comprend et qui ne les traitent pas de façon condescendante. Les adolescents sont capable de tout et ce roman nous le prouve.

10/10

4 commentaires

  1. Tu fais que rajouter à ma PàL des trucs qui me font plus envie que les livres qui y étaient déjà, du coup elle diminue pas vite (aussi, je lis moins en ce moment). Mais ça a l’air trop bien T_T C’est en trois tomes ou la série est encore en cours?

    J'aime

Répondre à C’est le 4 février, je balance tout ! – Des livres et les mots Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s