[DIVERSITHEQUE] Chronique de The Poppy War de R.F Kuang

Résumé : Lorsque Rin passe haut la main le Keju, le test de l’Empire pour trouver les jeunes les plus talentueux qui pourront apprendre dans les académies, ça a été un choc pour tout le monde: pour les responsables des tests, qui ne pouvaient pas croire qu’une orpheline de guerre ; pour les tuteurs de Rin, qui croyaient enfin la marier et poursuivre leur entreprise criminelle; et pour Rin elle-même, qui a réalisé qu’elle était enfin libérée de la servitude et du désespoir que constituaient son existence quotidienne. Qu’elle soit entrée à Sinegard, l’école militaire la plus élitiste de Nikan, était encore plus surprenant.
Mais les surprises ne sont pas toujours bonnes.
Car être une paysanne du sud à la peau sombre n’est pas chose facile chez Sinegard. Ciblée dès le début par ses camarades de classe à cause de sa couleur, sa pauvreté et son sexe, Rin découvre qu’elle possède un pouvoir mortel et surnaturel, une aptitude à l’art presque mythique du chamanisme. Explorant les profondeurs de son don à l’aide d’un enseignant apparemment fou et de substances psychoactives, Rin apprend que les dieux pensaient depuis longtemps que les morts étaient bien vivants et que maîtriser ces pouvoirs pouvait signifier plus que simplement survivre à l’école.
Car, pendant que l’Empire Nikara est en paix, la Fédération de Mugen se cache toujours sur une mer étroite. La Fédération militairement avancée a occupé Nikan pendant des décennies après la première Poppy War, et a à peine perdu le continent dans la seconde. Et tandis que la plupart des gens se contentent de mener leur vie, quelques-uns savent qu’une troisième Poppy War n’est pas loin. . .
Les pouvoirs chamaniques de Rin peuvent être le seul moyen de sauver son peuple. Mais alors qu’elle en apprend plus sur le dieu qui l’a choisie, le Phoenix vengeur, elle craint que gagner la guerre ne lui coûte quelque chose. . . et qu’il est peut-être déjà trop tard.

Informations :
Editeur : Harper Voyager
Date de sortie : 1er mai 2018
Genre : Fantasy, historique, adulte
Nombre de pages : 544

TW : violences, viols, meurtres, racisme, sexisme, drogues, sang… (à ne pas mettre entre toutes les mains!)

Radar à diversité : pp noire, ps asexuel/aromantique + autrice asiatique

L’avis de @littleandthemoon : L’idée de me plonger dans un roman de fantasy inspiré de la Chine m’a tout de suite attiré et j’ai commencé The Poppy War aussitôt acheté.

Ce que j’ai aimé :

→ L’ambiance : The Poppy War nous entraîne dans plusieurs atmosphères. On commence dans une école militaire et si vous aimez ce trope, vous allez être servi (c’est une grosse partie du roman). On suit le personnage principal, Rin sur plusieurs années à l’académie Sinegard, une école pour les futurs généraux, médecins… Les cours sont plutôt particuliers puisqu’elle apprend à se battre, la stratégie… Puis, la guerre éclate et on change totalement d’ambiance. Si le livre est assez sombre dès le début, le troisième partie du roman est vraiment brutal parfois gore. On nous montre les réalités de la guerres et ses horreurs.

→ L’univers et la mythologie : Les provinces sont nommés d’après les signes zodiacales chinois, on retrouve les dieux-animaux très présents aussi dans la mythologie chinoise… On se sent très vite immergé dans cet univers qui au final est très bien construit mais ne nous perd pas au fil de la lecture. Les dieux et le chamanisme ont une grande importance dans le roman et c’est une partie que j’ai beaucoup apprécié suivre.

→ Rin : Elle a 16 ans au début du roman et environ 20-21 à la fin. Son évolution est incroyable et pourtant pas toujours dans le bon sens. Rin est tenace et n’abandonne jamais rien mais elle fait aussi des erreurs et a des idées bien arrêtées. Elle ne veut pas être bonne, elle veut être la meilleure.

→ Pas de romance : Rin a bien d’autre chose à faire que de s’occuper de sa vie amoureuse alors si vous cherchez un roman de fantasy où les histoires d’amour ne prennent pas le dessus, foncez lire celui-ci !

Ce que j’ai moins aimé :

→ La longueur : C’est le problème que j’ai avec la plupart des livres de fantasy. Tout est trop long, l’autrice prend son temps pour nous expliquer et nous immerger dans son univers mais j’ai parfois été ennuyé par ma lecture notamment vers le milieu du roman.

Pour conclure The Poppy War n’est pas une lecture que je conseille à tout le monde. Il faut avoir l’estomac solide et le coeur bien accroché mais si tout ça ne vous fait pas peur alors sautez dessus !

18/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s