[DIVERSITHEQUE] Chronique d’Eclats d’âme de Yuhki Kamatani

Résumé : « Deux jours avant les vacances d’été… je crois que je suis mort. »
C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre. Tasuku pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais craignant aussi le regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

Informations :
Éditeur : Akata
Date de sortie : 22 février 2018
Genre : Manga
Nombre de pages : 176

TW : homophobie, suicide

L’avis de @littleandthemoon : Premier manga sur le blog et pas des moindres puisque je me suis lancée dans le très encensé manga Éclats d’âme.
Le récit commence très vite puisqu’on suit donc Tasuku qui est « outé » dans ses camarades de classe et tente de nier son homosexualité mais très vite on le pousse à bout il sent que sa vie devient un enfer. Pour lui, il ne reste qu’une solution : le suicide. C’est à ce moment qu’il va découvrir un salon de discussion pour les personnes LGBT+, une sorte de safe space. Le personnage principal n’accepte pas, n’assume pas encore son orientation sexuelle et les rencontres qu’il va faire vont l’aider à mûrir. Tasuku est un personnage touchant, blessé que j’ai hâte de voir évoluer.
Je n’ai pas l’habitude de voir l’homosexualité masculine traité d’une telle façon dans un manga. Ici pas de fétichisation et la cible première des lecteurs sont vraiment les jeunes LGBT.
Les autres personnages sont aussi intéressants que Tasuku. On y retrouve notamment un couple de lesbiennes qui en apparence semblent très heureuse mais l’une des femmes cachent son homosexualité à sa famille et on sent bien que ça la ronge au final. Pour le reste, on n’a pas vraiment découvert d’autres personnages et j’ai hâte de voir ce qu’ils ont en réserve pour la suite.
On trouve aussi une pointe de fantastique avec ce personnage que l’on arrive pas vraiment à appréhender, que tout le monde appelle « l’hôte » et qui semble réserver quelques surprises.
Les dessins sont absolument superbes notamment pour décrire les émotions de Tasuku qui est à fleur de peau. Ces moments sont poignants et très forts.
Ce premier tome n’est qu’une introduction mais elle est très bien menée, le ton est juste et c’est sûrement grâce à le/la très concerné.e mangaka Yûki Kamatani qui se définit comme étant X-gender. C’est donc un manga que je recommande très chaudement !

18/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s