[DIVERSITHEQUE] Chronique de 6h22 place 108 de Clémence Albérie

Résumé : Gaëlle, jeune femme active de 30 ans un brin têtue, prend le train de 6h22 tous les jours pour se rendre à son travail. Un matin, alors qu’elle s’apprête à s’installer à sa place habituelle, la 108, elle y découvre une parfaite inconnue. Plutôt que de choisir un autre siège dans le wagon presque vide, Gaëlle va se confronter à celle qui en prenant sa place ose briser sa routine matinale. Une conversation houleuse aux conséquences inattendues s’engage alors entre les deux intéressées…


Informations :

Éditeur : Reines de coeur
Date de sortie : 9 juillet 2016
Genre : Contemporain
Pages : 794

L’avis de @NQS : Grâce à l’un des articles de ce blog, j’ai découvert qu’il existait en France une maison d’édition consacrée à la romance lesbienne, les Reines de Coeur. Joie et bonheur ! J’ai commandé deux romans, que j’ai dévorés, et j’ai envie de vous parler ici du second : 6h22 place 108 de Clémence Albérie.

Par où commencer ? Il y a un élément qui m’a dérangé, et je vais commencer par ça parce que je préfère toujours finir sur une note positive. C’est un travers que j’ai trouvé aux deux livres commandés : certains dialogues manquent de naturel. Soit la ponctuation est bizarre (comprendre : pratiquement inexistante) soit il y a des répétitions de prénoms qui alourdissent un peu les échanges. Si on laisse ce point de côté (je refuse d’appeler ça un détail parce que les dialogues prennent beaucoup de place dans ce livre), j’ai adoré. Vraiment, je me suis éclatée. L’histoire commence sur un ton assez léger mais c’est trompeur. Les deux protagonistes ont chacune un passé et celui de Gaëlle est particulièrement lourd, mais leurs histoires respectives se dévoilent petit à petit. C’est un point fort de ce roman : le récit prend son temps. On prend plaisir à voir la relation se construire, on s’attache aux personnages. L’autrice a bien su doser la romance, l’érotisme, l’humour et le drame, si bien que ce roman a été un vrai page turner pour moi. J’ai dû me forcer à arrêter de lire, le soir, pour reprendre le lendemain et prolonger un peu le plaisir. En parlant de plaisir, j’ai trouvé les passages chauds très bien écrits. Étant habituée à lire des scènes de sexe hétéro, j’avais un peu peur d’être insensible à ces moments, mais non, je me suis retrouvée toute émoustillée. Je suis aussi passée par les rires, les yeux mouillés, le coeur serré et la colère au creux du ventre. Bref : j’ai été complètement embarquée dans l’histoire de ces deux jeunes femmes, et je pense que je relirai volontiers ce roman dans quelques temps.

17/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s