[DIVERSITHEQUE] Chronique de Quelques pas de plus d’Agnès Marot

Résumé : Sora vient d’apprendre qu’elle doit passer le reste de sa vie à béquilles. Lycéenne à mi-temps, handicapée à plein temps : voilà à quoi se résume désormais son quotidien. Elle pourrait s’y faire si Kay, sa grande sœur, n’était pas rongée par un mal mystérieux. Alors Sora décide de prendre les choses en main et d’enfiler la cape des super-héros qu’elle aime tant.
L’objectif : sauver sa sœur.
Son meilleur atout : l’héritage navajo que lui a transmis sa mère, un ancien pouvoir de guérison qui pourrait les aider, Kay et elle. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas les seules à le chercher… et leur rival est prêt à les suivre jusqu’au bout du monde pour parvenir à ses fins !


Informations :

Éditeur : Scrinéo
Date de sortie : 6 avril 2017
Genre : YA, contemporain
Pages : 329

TW : violence

L’avis de @littleandthemoon : J’ai, au début, été agréablement surprise par cette lecture. J’ai aimé suivre Sora et sa soeur Kay pendant les 30, 50 premières pages. Et ensuite, ça a été de pire en pire.
Commençons par le commencement. Au début, Sora apprend et accepte son sort : passer le reste de sa vie en béquille à cause d’une pathologie inconnu des médecins. J’ai aimé le caractère de Sora. Elle est plutôt positive, on la suit à l’école et dans ses soins avec le kiné. Kay aussi est un personnage intéressant qui fait tout pour aider sa petite soeur. Sans pouvoir en parler d’expérience, j’ai trouvé que la facette du handicap a été bien abordé dans le livre.
Voilà c’est tout.
Après ces premières pages, on bascule sur la culture navajo. Ces filles veulent découvrir l’héritage laissé par leur mère et partent donc aux Etats-Unis. Sora parle beaucoup du « hozho ». Ce terme fait parti de cette culture et met au coeur de la vie des navajos la santé. Alors non, je ne suis pas spécialiste des peuples amérindiens mais il ne faut que quelques secondes au lecteur pour comprendre ce que l’autrice va faire : décrire les navajos comme des magiciens. Le « hohzo » devient l’élément magique, le côté fantastique du roman. Tout se joue sur les clichés : la sagesse des amérindiens, leur chant « magique ». Et beaucoup de phrases m’ont choqué pendant ma lecture.
« Je me rends compte (…) qu’ils sont des humains comme les autres ».
Sora pense que cette culture lui appartient, tout ça parce qu’elle se souvient d’une pauvre chanson que lui chantait sa mère quand elle était petite. Et vous pensiez rencontrer des navajos peut-être pendant ce roman (après tout ils sont au coeur du récit) ? Détrompez-vous. On en rencontre trois. Sans personnalité, sans histoire.
La culture navajo n’est ici qu’une excuse pour faire avancer le récit. Et c’est à se demander quelles recherches l’autrice a fait pour ce livre. Alors oui, wikipédia ne compte pas.
Ah attendez, ce n’est pas tout !
Parce que si l’autrice crache sur la culture amérindienne, elle a aussi créer des personnages très violents qui m’ont fait regretter ma lecture. Marc et leur père des filles sont d’une violence inouïe envers les deux protagonistes. De la violence gratuite. Mais l’autrice va quand même leur trouver des excuses. Bah oui, ils sont pas vraiment méchants en fait ! Faut pas leur en vouloir !
Bref, passez votre chemin.

5/20

2 commentaires

  1. C’est dingue, je n’ai pas du tout eu le même ressenti vis à vis du livre. La violence est présente, oui, même si selon moi elle a servi l’histoire… Quant aux navajos, pour avoir un peu étudié la culture amérindienne dans mes études d’anthropologie, j’ai trouvé qu’elle était bien présentée au contraire. En effet, pas d’exotisme, pas de chichi, mais ce qu’est AUJOURD’HUI la culture navajo : un ensemble de contes, de mythes qui se transmettent, mais un peuple spolié et dépossédé d’une grande partie de sa culture, qui est majoritairement aujourd’hui prétexte à tourisme pour des américains blancs et riches. Et justement, je n’ai pas eu l’impression que Sora considérait posséder cette culture, qu’au contraire elle s’est prise plusieurs claques pour avoir fait des bêtises à ce sujet. Bref, on a eu une lecture bien différente, bien que je comprenne ton avis 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s