[DIVERSITHEQUE] Chronique de Les petites reines de Clémentine Beauvais

Résumé : À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet.
L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!!
Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!!
Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée.
En vie, vraiment.

Informations :

Editeur : Sarbacane
Date de sortie : 1er avril 2015
Genre : Jeunesse, contemporain
Pages : 270

TW : grossophobie, harcèlement

L’avis de @littleandthemoon : Ce livre m’a laissé une drôle d’impression lorsque je l’ai terminé mais dès les premières pages, j’ai su qu’il n’était pas pour moi : l’écriture était trop simple, les personnages avaient une attitude trop juvénile et je ne suis vraiment pas la cible de ce genre de lecture qui fait un peu trop jeunesse.
Il y avait quelques bons points tout de même : la diversité des personnages est top. On y retrouve des jeunes filles racisées, grosses qui vont apprendre à s’accepter malgré ce qu’elles peuvent subir comme humiliations et harcèlement au collège. Le thème de l’amitié prend aussi une part importante et même si cette amitié se forme dans un contexte étrange, c’était sympa de voir ces filles se soutenir.
Maintenant il y a aussi pas mal de choses qui ne marchent pas : où sont leurs parents ? Trois filles de treize ans vont faire des kilomètres en vélo (pendant 7 jours !) et ça n’inquiète personne ?
Je n’ai pas du tout accroché avec le personnage principal qui est Mirelle. Dès les premières pages, j’ai détesté son comportement. Elle aboie à sa mère pour rien, son humour est plutôt constitué de moqueries qu’autres choses. Même son « crush » pour Kader m’a piqué les yeux (il a 28 ans et toi 16, ugh !)
Plusieurs sujets sont abordés comme avec le frère de Hakima, un ancien soldat qui a perdu ses jambes et qui souffrent de PTSD mais hop! en deux lignes c’est réglé, youpi ! Il en va de même avec le sexisme ou le racisme, l’anxiété sociale d’Hakima, qui au final sont des sujets qui sont à peine effleurés.
Même la fin du livre est incompréhensible. Quel est le message de l’histoire ? Que c’est cool de se traiter soi-même de « moche » ? Le message de l’acceptation passe par une histoire sans queue, ni tête et avec un humour qui, pour moi, ne fonctionne pas du tout.
Je pense que ce livre peut plaire à un public plus jeune mais vraiment ce n’était pas du tout pour moi. Tant pis !

8/20

2 commentaires

  1. J’avais entendu de nombreux avis positifs, c’est bien du coup de voir un avis différent. J’hésitais à lire ce livre, mais je ne pense pas le faire, car les défauts que tu cite sont exactement ce qui m’énerve dans mes lectures!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s