[DIVERSITHEQUE] Chronique de Viser la lune d’Anne-Fleur Multon

Résumé : Aliénor, Itaï, Azza et Maria ont 13 ans et habitent chacune aux 4 coins de la planète, mais de leur rencontre sur un forum, naissent tout à la fois une grande amitié ET une chaîne Youtube à succès ! Des vidéos sur l’astronomie, par Aliénor, aux conseils d’Itaï en jeu vidéo, d’Azza en pâtisserie et de Maria en photo, les filles partagent leurs passions et voient grossir leur confiance et leur communauté.
Quand Itaï se voit écartée d’un championnat d’e-gaming prétendument masculin, elles ont l’outil en main pour médiatiser l’affaire et lutter contre cette injustice !

Informations :

Editeur : Poulpe Fictions
Date de sortie : 4 mai 2017
Genre : Jeunesse, contemporain
Pages : 168

TW : sexisme, racisme, grossophobie

L’avis de @littleandthemoon : Cette lecture me faisait envie depuis un moment et je me suis dis que terminer l’année sur un livre jeunesse plutôt doux et sans prise de tête serait une bonne idée. Je me suis donc procurée Viser la lune et en rentrant chez moi je l’ai dévoré dans l’heure qui suivait.
Le point fort de cette lecture sont les quatre jeunes filles du roman car bien que l’histoire ne soit raconté que du point de vue d’Aliénor, on apprend facilement à connaître ses amies. Aucune de ces jeunes filles ne semblent clichés, on s’attache rapidement au groupe et on s’identifie au moins à l’une d’elle. Nous avons donc Aliénor qui vit en Guyane, rêve d’être astronaute et adore la science. Itaï, qui vit en Nouvelle-Calédonie et qui aime autant le maquillage que les jeux vidéos. Azza la française du groupe qui est très sportive et fan de pâtisserie. Et Maria la québécoise qui regardent des tas de séries et adore son chat.
L’histoire est très actuelle. On parle de rencontre sur Internet, de chaîne youtube avec ses côtés sympa et ses côtés plus dangereux comme le cyber-harcèlement. Le féminisme est aussi bien ancrée dans le récit et leur combat contre le sexisme est l’une des choses qui va d’ailleurs les rapprocher. J’ai aussi beaucoup aimé l’histoire d’Aliénor qui être confrontée au racisme d’un membre de sa famille. J’ai d’ailleurs adoré les parents d’Aliénor, il est important de voir l’importance des parents quand des enfants de treize ans veulent se lancer dans l’aventure des réseaux sociaux.
C’est une histoire à mettre entre les mains des jeunes filles car elles l’ont apprendront beaucoup. C’est un roman qui se lit très rapidement et qui en plus est parsemé d’illustrations qui rendront l’histoire encore plus immersive.

16/20

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s